BMCI met en place des agences avec zéro cash

C’est un nouveau concept d’agences qui offre tous les services disponibles au niveau des guichets manuels sauf ceux impliquant des échanges de liquidités. Le cash est accessible via des GAB de dépôt-retrait.

La BMCI expérimente actuellement au niveau de son réseau un concept de services plutôt étonnant : des agences dotées de zéro cash ! Il s’agit en fait de points de services qui fournissent les mêmes prestations que toute autre agence bancaire, à ceci près qu’ils ne disposent pas de caisses manuelles et que, de fait, ils ne peuvent offrir les services impliquant des échanges de liquidités. Pour satisfaire ce dernier type de besoins les clients devront plutôt se rabattre sur des automates offrant la possibilité d’effectuer aussi bien des retraits que des dépôts.

Concrètement, les besoins de la clientèle en liquidités seront satisfaits par la remise d’une carte bancaire à l’entrée en relation. Cette carte, qui fonctionne en même temps sur les comptes courants et le compte sur carnet du client, permet d’effectuer des opérations de retrait d’argent sur tous les guichets automatiques bancaires ainsi que des opérations de versements sur les automates des agences de la banque ou sur les caisses des guichets classiques.

Une enquête menée auprès de la clientèle a motivé le projet

La filiale de BNP Paribas a décidé de mettre à l’essai ce type d’agences en se basant sur les résultats d’une étude menée récemment auprès de 250 clients de la banque. Cette étude a notamment fait ressortir, d’une part, que l’accès aux GAB est jugé utile et agréable par 98% des sondés et que, d’autre part, le dépôt via les points de service automatique est utilisé plusieurs fois par mois, par 70% des clients.

A travers son nouveau concept d’agence, Bmci espère coller aux attentes du client en lui permettant d’accéder aux prestations cash de manière permanente. Mais plus que cela, ce nouveau concept de service devrait permettre à la banque d’augmenter la productivité de ses employés en agences. En effet, déchargés de l’activité cash, ces derniers seraient plus disponibles pour se consacrer à des tâches à plus forte valeur ajoutée. Ne pas en déduire pour autant que les besoins en ressources humaines de la banque en seraient réduits, celle-ci envisage de recruter 1 200 personnes d’ici 2014. Ces besoins devraient néanmoins être de plus en plus qualifiés avec l’automatisation des tâches les plus basiques. 

Enfin, même si le management de la banque ne le cite pas spontanément, un autre bienfait de ce nouveau type d’agences consiste en la suppression de la gestion manuelle du cash, ce qui diminue de fait le risque qui peut y être rattaché.  A l’heure actuelle, le principe des agences sans cash est testé sur deux points aux quartiers Aïn-Sebâa et Ghandi, à Casablanca. La décision d’étendre le process devrait être prise par la suite en fonction des résultats de ces deux sites pilotes.