Blé tendre panifiable : les détails du système de régulation à  l’importation

Le prix cible est maintenu à  260 DH/q. Le montant de la prime est calculé tous les 15 jours.

L’Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses (ONICL) a publié une circulaire relative à la mise en place, pour la période du 1er janvier au 30 avril 2014, d’un système de régulation à l’importation du blé tendre panifiable. Cette décision a été prise conjointement par le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, le ministère de l’économie et des finances et le ministère des affaires générales.

Selon cette circulaire datée du 18 décembre 2013, l’Etat devra ainsi verser aux importateurs (commerçants en céréales, coopératives agricoles marocaines et leur union, minoteries industrielles) des primes forfaitaires si le prix de revient moyen est supérieur au prix formulaire, sortie port. Dans le cas contraire, c’est aux importateurs de reverser la différence à l’Etat. Le montant de la prime est calculé tous les 15 jours sur la base des types de blé et compte tenu de divers autres éléments comme les cotations du produit, le coût du fret maritime, la parité dollar/dirham, les frais d’approche…
La circulaire de l’office prévoit que «pour une quinzaine donnée, le prix de revient moyen de chaque type de blé à l’importation correspond à la moyenne des prix de revient quotidiens de la quinzaine. Le prix brut à restituer ou à percevoir par l’Etat est égal à la différence entre le prix de revient moyen le plus bas, tous types et origines de blés confondus, et le prix formulaire ciblé, sortie port, de 260 DH/q. La prime nette à restituer aux importateurs correspond à 85% de la prime brute».

La prime à verser au titre de la première quinzaine du mois est calculée sur la base des données du 14 à l’avant-dernier jour du mois précédent. Pour la deuxième quinzaine, les données à prendre en compte sont celles qui sont recueillies entre le 1er et le 13 du même mois.
Cette prime est calculée par une commission siégeant au ministère des affaires générales et de la gouvernance. Outre les représentants de ce département, y sont inclus ceux des deux autres concernés et de l’ONICL.