Barrages à  usage agricole : les réserves ont chuté de 17 %

Selon les chiffres disponibles en début de semaine, le cumul pluviométrique moyen national au 18 février 2005 était de 149 mm, contre 240 mm en année normale (l’année normale étant la moyenne des précipitations des 30 dernières années). Il y a donc, par rapport à l’année normale, un déficit de 38 %, lequel déficit varie cependant d’une région à l’autre : dans l’oriental, il est de 26 %, dans le Pré-Rif et le Rif il a atteint 50 %.
Il en résulte que les réserves en eau des barrages à usage agricole ont chuté mais dans une proportion pas très inquiétante (-16,8 %) : ces réserves sont en effet de 6,9 milliards de m3, contre 8,3 milliards de m3 lors de la campagne précédente à la même date. Le taux global de remplissage, précise le ministère de l’Agriculture, est d’environ 54 %, contre 64 % la campagne précédente à la même date.
Une fois de plus, ces valeurs varient selon les régions : dans les périmètres irrigués du Haouz, du Gharb, du Loukkos, de la Moulouya et du Tadla, le taux de remplissage des barrages à usage agricole dépasse les 56 %. En revanche, ce taux est inférieur à 41 % pour les périmètres situés à Ouarzazate, dans les Doukkalas, Souss Massa et Tafilalet .