Banques participatives : tour de chauffe pour Umnia Bank

La filiale de CIH Bank démarre officiellement son activité avec 3 agences à Casablanca et Rabat, Ne pouvant pas pour l’instant commercialiser des produits, ces agences s’attellent à l’initiation de la clientèle à la finance participative et au sondage de ses besoins.

CIH Bank prend de court le secteur bancaire. L’établissement a ouvert ce début de semaine les premières agences de sa nouvelle banque participative Umnia Bank, alors que le démarrage de ces acteurs n’était attendu que dans quelques semaines. Premier arrivé, premier servi: Umnia a attiré beaucoup de monde à travers ses trois agences ouvertes à Casablanca (Ain Sebaa et Anfa) et à Rabat (Agdal). «Nous avons enregistré énormément d’affluence dès les premières heures d’ouverture. Nos conseillers clientèle étaient même dépassés», assure Abdessamad Issami, président du directoire d’Umnia Bank. Il faut dire que les clients rongent leur frein depuis longtemps, étant à rappeler que l’on a commencé à parler des banques participatives depuis l’amendement de la loi bancaire fin 2014. Pour la nouvelle banque, il n’est toutefois pas encore question de placement de produits. «Pour l’heure nous profitons de ce premier point de contact essentiellement pour cerner les attentes de la clientèle, comprendre ses besoins», explique le management d’Umnia Bank. Une manière pour l’opérateur de confronter les résultats de ses études de marché effectuées sur les derniers mois à la réalité du terrain.

La banque s’attelle aussi à l’initiation des particuliers aux principes de la finance participative, un champ sur lequel beaucoup reste à faire. «Nous vulgarisons pour le client le fonctionnement des financements, le contenu des contrats, les process…», illustre le management d’Umnia. Pour la clientèle vraiment intéressée, la banque commence même à constituer les premiers dossiers de financement. Une façon de prendre les devants, sachant qu’entre l’expression du besoin par le client et le déblocage du financement un délai d’un mois minimum sera nécessaire, annonce Umnia Bank. La banque pousse la démarche jusqu’à fournir de premières simulations indicatives.

Bank Assafaa, Dar Al-Amane et Najmah officiellement agréées

Mais il sera difficile d’aller plus loin en l’état actuel des choses du fait que plusieurs points doivent encore être réglés. Certes, l’agrément d’Umnia Bank en tant que banque participative vient d’être publié au Bulletin officiel, mais les contrats-type qui régiront les financements proposés par les établissements manquent encore à l’appel. Selon les professionnels, les choses ne vont pas s’éterniser, étant donné que ces contrats sont aujourd’hui finalisés et ont déjà été transmis au Conseil supérieur des oulémas (CSO) qui n’a plus qu’à les valider. Reste les solutions d’assurance participative qui doivent accompagner les nouveaux financements et qui ne devraient être prêtes, selon l’Autorité de contrôle des assurances (ACAPS), que fin 2017. Mais les banques semblent déjà avoir trouvé des moyens de combler le vide d’ici là. Umnia Bank ne devrait pas non plus attendre bien longtemps avant de pouvoir commencer à collecter des dépôts auprès de la clientèle puisque le modèle de convention de compte qui permettra cela est sur le point d’être finalisé. Mais à vrai dire, «les banques participatives peuvent déjà collecter des fonds et des valeurs sans cette convention dont le rôle est plus de gérer les relations entre la banque et le client», estime M. Issami.

En tout cas, la bataille est lancée et il y a fort à parier que d’autres établissements emboîteront le pas dans les prochains jours à Umnia Bank. D’ailleurs, dans le même Bulletin officiel qui a agréé la filiale de CIH Bank, trois autres établissements ont été autorisés, à savoir Bank Assafaa (Attijariwafa bank), Dar Al-Amane (Société Générale) et Najmah (BMCI).