Banques : au moins 300 nouvelles agences chaque année !

BMCE Bank annonce 100 nouvelles agences pour 2009, Attijariwafa bank et BCP tablent sur 80 par an pour les prochains exercices Des investissements de 2 à  3 MDH pour chaque nouvelle agence.

Quelle est la banque qui dispose du plus grand nombre d’agences ? Et quelle est celle qui en ouvre le plus chaque année ? D’après le rapport de Bank Al Maghrib (BAM), pour l’année 2007, toutes les banques réunies comptaient quelque 2 748 guichets. Elles avaient surtout procédé à l’ouverture de 301 agences, contre 224 un an auparavant, et 105 guichets, en moyenne, durant la période 2002-2005.

«Cette expansion traduit la poursuite de la politique de développement de la banque de détail», peut-on lire dans le rapport. Et si la Banque Centrale Populaire (BCP) affiche, depuis quelques années, sa suprématie sur les réseaux bancaires au Maroc, avec ses 715 agences en exploitation, plusieurs établissements concurrents s’en rapprochent de plus en plus. C’est le cas notamment d’Attijariwafa bank et de BMCE bank.

La première a atteint sa «vitesse de croisière» avec l’ouverture de près de 80 agences par année. «En 2007, nous en avons ouvert 84 plus précisément. Mais, pour l’année prochaine, nous n’avons pas encore établi le plan d’action», souligne-t-on auprès de la première banque privée du pays, qui compte actuellement 630 agences.

Auprès de BMCE Bank, la direction annonce fièrement l’ouverture de 100 agences en 2009. «La banque veut combler son retard en matière de réseau car ses concurrents en sont à plus de 600 agences», souligne un banquier de la place. En effet, avec à peine 30 agences ouvertes cette année et un réseau de 435, BMCE bank vient en troisième position, loin derrière ses deux principales rivales. «Notre réseau couvre principalement la région du centre. L’axe Casablanca-Rabat-Kénitra représente plus de la moitié du réseau BMCE» , indique-t-on auprès de la banque.

Trois banques suivent la BMCE, qui se tiennent dans un mouchoir de poche. Il s’agit de la Société générale Maroc, avec ses 250 agences, du Crédit du Maroc qui en revendique 225 et de la BMCI avec 222 unités. «Nous ouvrons une vingtaine d’agences par an. Cette année, par exemple, nous en avons ouvert 20 contre 25 en 2007», indique un responsable de la filiale marocaine de BNP Paribas.

Le CIH ferme la marche avec 132 agences actuellement en exploitation. «Huit ont été ouvertes en 2007 et 11 lors du premier semestre 2008. Quatorze autres unités doivent normalement être livrées d’ici la fin de l’année», confie un responsable au CIH. Ventilées par type de clientèle, les ouvertures d’agences démontrent que toutes les banques optent d’abord pour les particuliers/professionnels. «Elles représentent plus de 90% des nouvelles ouvertures» , ajoute-t-on auprès de la BMCI.

Des agences pour VIP dont le coût d’aménagement peut atteindre 10 MDH
L’ouverture d’une agence bancaire est un atout dont on ne peut se passer dans la course aux parts de marché. «L’ouverture d’une agence est motivée avant tout par un souci de proximité. Ce sont donc les particuliers et les professionnels qui sont prioritairement visés», souligne un haut responsable d’une banque de la place. Au Crédit du Maroc, la distinction n’a plus la même importance.

Kamal Jabri, directeur marketing de cet établissement, explique que la course aux ouvertures peut revêtir plusieurs aspects : «Au Crédit du Maroc, nous avons lancé un nouveau concept, il y a deux mois. Notre agence du boulevard Zerktouni, à Casablanca, en constitue une parfaite illustration. Nous partons de l’idée qu’il ne faut plus faire de distinction entre les clients, particuliers/professionnels d’un côté, et entreprises de l’autre.

L’important est d’adapter le traitement à la nature et aux besoins du client». Le CDM qui a ouvert 40 agences cette année compte «arriver à 250 agences en service avant la fin de l’année», souligne-t-on auprès de l’établissement. Au final, l’on se retrouve avec au moins 300 agences bancaires qui ouvriront chaque année.

Comment les banques pourront-elles rentabiliser de tels investissements? Pour une question de rationalité, les banques optent d’abord pour la location du local qui servira à implanter un nouveau guichet. «Cette option offre plus de flexibilité. Si, par exemple, l’agence ne donne pas satisfaction, elle peut être fermée et déplacée dans un autre quartier», explique un banquier.

Selon lui, l’ouverture d’une agence bancaire est généralement précédée d’une étude de marché recensant surtout le nombre des professionnels du quartier ciblé, le potentiel pouvant être bancarisé ou encore la présence de la concurrence.

L’ouverture coûte 2 à 3 millions de DH. Ce coût varie selon les villes, les quartiers et le marché de l’immobilier. «Il existe des agences dont le coût d’aménagement peut atteindre 10 MDH. Mais ce type d’agence représente moins de 10% du réseau. Il est généralement réservé aux grandes agences qui accueillent une clientèle VIP», précise ce banquier.