Les autorités monétaires alertent sur une « pyramide de Ponzi » à la marocaine

Bank Al Maghrib

Bank Al-Maghrib et l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux mettent en garde contre les sociétés qui collectent illégalement de l’argent auprès du public en promettant des rendements exceptionnels.

Bank Al-Maghrib et l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC) viennent de lancer une nouvelle alerte. Les deux entités demandent au public de ne pas confier de fonds ou opérer de placement dans l’objectif de réaliser un rendement financier sans vérifier si l’entité qui offre ces services dispose d’un tel agrément. Cette vérification doit être effectuée en s’assurant que ladite entité figure sur le site web de BAM ou celui de l’AMMC en tant qu’établissement agréé. Cet agrément est essentiel car il s’accompagne d’une réglementation qui s’applique aux établissements qui collectent des fonds du public ou font appel public à l’épargne, et qui vise à protéger les déposants et épargnants d’un ensemble de risques. A défaut d’un tel agrément, aucune protection ne sécurise les fonds confiés.

Bank Al-Maghrib et l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux tiennent, ainsi, à sensibiliser le public que des offres de placement de fonds assortis de taux de rendement exceptionnellement élevés, en décalage avec les rendements proposés sur les marchés financiers, doivent susciter la méfiance du public.

En effet, certaines sociétés pratiquent un système frauduleux dit « Ponzi », à travers lequel elles collectent des fonds en faisant miroiter des rendements sans rapport avec la réalité  économique. A ce titre, ces sociétés assurent le paiement des rémunérations et/ou le remboursement des premiers investisseurs grâce aux fonds recueillis auprès des investisseurs suivants à travers un système incitatif permettant de recruter en permanence de nouveaux investisseurs. Ainsi, ce sont les derniers investisseurs qui tardent à récupérer leurs rendements et qui subissent les pertes du système frauduleux.

Par ailleurs, BAM et l’AMMC tiennent à rappeler, dans un communiqué diffusé ce lundi, que toute activité de collecte de fonds du public ou d’appel public à l’épargne sont des activités régies par un cadre légal. Celles-ci nécessitent l’obtention au préalable d’un agrément de la part d’une autorité habilitée, BAM et l’AMMC selon le cas.