Aviculteurs : plus que deux mois pour se mettre à  niveau

Les autorisations d’exercer seront délivrées après visite des élevages et pourront
être retirées.

D’ici la fin 2007, tout le secteur avicole, des producteurs aux vendeurs, en passant par les transporteurs, devra avoir opéré sa mise à  niveau sanitaire, sous peine de ne plus pouvoir exercer. En attendant, le 20 novembre, déjà , constitue la date butoir pour le dépôt, auprès des services vétérinaires concernés, du plan de mise à  niveau ainsi que de la demande d’autorisation d’exercer. A ce jour, 6 000 dossiers ont été déposés dont 2 700 directement transmis par la Fédération interprofessionnelle du secteur avicol (Fisa). On estime que 40 % des fermes concernées ont été visitées par les services d’hygiène et que l’opération sera bouclée dans les délais impartis. Les vétérinaires devront, de toute façon, statuer sur tous les dossiers au plus tard le 31 décembre 2007. En attendant les autorisations définitives, les exploitants doivent présenter à  leurs fournisseurs soit les récépissés de dépôt délivrés par leur fédération, soit les reçus provisoires des services vétérinaires.

Cette procédure entre dans le cadre de la loi 49-99 qui définit les nouvelles normes d’hygiène et d’exploitation auxquelles doit se soumettre le secteur. Le texte stipule, entre autres, que les fermes doivent être dotées de clôture, de toiture lavable et désinfectable, et de sol en dur. L’investissement moyen prévu est de 200 000 DH par ferme, soit un montant global de près de 1,4 milliard de DH.

L’investissement moyen par ferme à  effectuer est de 200 000 DH
Bien évidemment, la mise à  niveau porte également sur les tueries et le transport de volaille et d’Å“ufs. S’agissant des tueries, la loi leur fait obligation de séparer l’espace d’abattage et de commercialisation du poulet vif. Là  aussi, les normes sanitaires sont strictes.

Pour ce qui est du transport, la nouvelle réglementation interdit l’utilisation du bois. Désormais, ne doivent plus être utilisées que des caisses en plastique, matière lavable et que l’on peut désinfecter. En cas de manquement à  ces conditions, le ministre de l’agriculture peut suspendre temporairement l’autorisation. S’il n’est pas remédié aux manquements, l’interdiction d’exercer sera prononcée de manière définitive.

Enfin, les engins de transport d’Å“ufs doivent également être dotés d’une isolation thermique. Les caisses des camions ne doivent comporter aucune paroi en bois nu, y compris le plancher qui doit être revêtu d’une matière résistante, lavable et facile à  désinfecter. Les parois et plafonds des caisses ne doivent pas être constitués de bâche, même plastifiée.