Autoroutes du Maroc : l’entretien du réseau a coûté 432 MDH en 2017

Réalisant cette année son premier exercice profitable depuis plusieurs années (résultat net positif de 45 millions de dihrams en 2017), Autoroutes du Maroc (ADM) vient de dévoiler son rapport d’activités pour la même année. 

Selon le rapport d’activité d’ADM, le trafic autoroutier a augmenté en 2017 et les recettes ont suivi. La circulation journalière moyenne s’est établie à 22,4 millions véhicules/km par jour, enregistrant ainsi une augmentation de 5% par rapport à 2016. Les recettes de péage collectées sont de l’ordre de 2.787 millions de dirhams (+7,3%).

De même, la généralisation du service de télépéage « Jawaz » à toutes les gares du réseau a propulsé le nombre de tags commercialisés à 200.000 unités (+243%). Le chiffre d’affaires des ventes télépéage a atteint les 292 millions de dirhams (+157%).

En termes de développement du réseau autoroutier, ADM s’est penchée lors de l’année écoulée, entre autres, sur les études d’exécution de l’autoroute Tit Mellil – Berrechid, celles d’augmentation de capacités des autoroutes existantes, la mise à niveau de certains bâtiments de la gendarmerie royale, l’extension de plusieurs gares de péage (95,7 MDH) et l’aménagement de nouveaux échangeurs (111 MDH).

En ce qui est de l’entretien périodique de l’infrastructure, ce dernier a coûté 432 millions de dirhams en 2017. Un exercice coûteux, puisque l’entretien de chaque kilomètre d’une chaussée autoroutière coûte 3,5 millions de dirhams environ, précise ADM.