Automobile : un premier semestre plat pour les loueurs longue durée

L’impact de la nouvelle TVA sur la vente de voitures d’occasion est bien visible. La demande stagne sur le segment des administrations & offices mais progresse légèrement depuis avril sur le segment PME.

Depuis l’adoption de la nouvelle TVA de 20% sur la plus-value de cession des voitures d’occasion, dans le cadre de la dernière Loi de finances, le marché de la LLD est stable. Selon des professionnels, l’activité du secteur renvoie même des signes d’étiolement compte tenu de la croissance des dernières années (le parc à la route ayant pratiquement doublé entre 2008 et 2012). A l’origine de cette tendance, en plus de la conjoncture économique défavorable, l’augmentation des prix des nouveaux contrats d’environ 7 à 10% en moyenne suite à l’entrée en vigueur de la nouvelle mesure fiscale. «Nous enregistrons un léger recul des mises à la route depuis le début de l’année», concède le directeur commercial d’un loueur de la place. Pour sa part, Frédéric Banco, DG de ALD Automotive, leader du secteur, estime que la TVA de 20% a fait planer un air d’attentisme sur les clients, notamment les grands comptes, administrations et offices, qui génèrent une bonne partie du chiffre d’affaires des loueurs longue durée. «Nous n’enregistrons pas d’augmentation de la demande sur ces segments depuis le début de l’année», explique-t-il. A ce titre, les renouvellements de parcs se maintiennent alors que les extensions ne se font plus.

Toutefois, les professionnels sont unanimes quant à la reprise du segment PME, dont la demande était jusqu’ici timide. «Nous comptons dans notre portefeuille de plus en plus de PME, avec un parc de 4 à 20 véhicules, qui basculent vers la location longue durée notamment suite à la nouvelle fiscalité rédhibitoire du leasing et l’accès de plus en plus difficile au crédit bancaire», explique M. Banco. D’autres professionnels affirment que ce segment enregistre une bonne dynamique depuis avril après avoir stagné lui aussi entre janvier et mars.

Les professionnels espèrent une reprise au second semestre

Cela dit, les acteurs de la LLD espèrent une reprise une fois que le marché aura intégré la nouvelle mesure fiscale en tant que facteur structurel. «Nous nous attendons à une progression d’environ 3% au titre du deuxième semestre 2013», anticipe M. Banco. De plus, le secteur mise sur le dynamisme qu’affiche le segment de la PME et qui recèle encore un vrai potentiel pour l’activité LLD.

Notons que le marché de la location longue durée est contrôlé par trois principaux acteurs qui concentrent plus de 55% de parts de marché. Il s’agit d’ALD Automotive (Société Générale), Arval (BMCI) et Wafa LLD (Attijariwafa bank). Le parc à la route totalise environ 30 000 véhicules à fin 2012 contre pas plus de 15 000 en 2008, soit une progression de 100% en l’espace de quatre ans. Il est constitué de véhicules utilitaires légers pour plus de 50%, suivis de 4×4 et véhicules assimilés, alors que les berlines de luxe représentent 5% de l’offre.