Au Derby investit 10 MDH pour sa restructuration

Le groupe gardera quatre unités de production spécialisées au lieu de six actuellement Les directions financière, commerciale et technique regroupées.12 MDH par an seront investis sur les trois prochaines années dans le réseau de magasins.

Legroupe Au Derby se restructure. Le chantier, qui sera bouclé au début de 2009, devra aboutir au regroupement des six unités de production existantes. Le groupe ne comptera désormais que quatre unités de production (Trémolède, Morosco, BSA et CGC) puisqu’une entreprise sera absorbée alors que la deuxième arrêtera son activité. Au-delà du regroupement physique des unités de production, le groupe Au Derby procédera aussi à la spécialisation de ses usines et à la fusion des directions financière, technique et commerciale des quatre entreprises.

Une centralisation qui permettra, explique Azzedine Jettou, administrateur des sociétés, une plus grande efficience et de plus grandes opportunités de développement aussi bien sur le marché local qu’à l’international. Le projet de restructuration prévoit le renforcement des ressources humaines du groupe qui compte actuellement 1 500 personnes, l’acquisition de nouveaux équipements et le réaménagement des usines dont la moyenne d’âge est d’environ 30 ans. A ce titre, un programme d’investissement de 10 MDH est prévu sur les cinq prochaines années. Une enveloppe de 2 MDH sera débloquée annuellement.

Mais pourquoi Au Derby, dont la première usine, Trémolède, a démarré en 1944, se restructure-t-il aujourd’hui? Le secteur étant en pleine croissance, l’administrateur du groupe estime que «le moment est opportun pour restructurer le groupe en vue d’entretenir sa notoriété, son image et surtout s’adapter aux normes de qualité et sociales sur lesquelles les industriels étrangers sont très regardants». Par ailleurs, ajoute Azzeddine Jettou, Au Derby doit maintenir et renforcer son positionnement sur le marché européen de la chaussure, sur lequel la Chine est en train de se positionner notamment sur le créneau du moyen et haut de gamme.

2,5 millions de paires par an
Aujourd’hui, le groupe exporte 75% de sa production annuelle, qui est de 2,5 millions de paires, exclusivement vers le marché de l’Union européenne. L’ouverture sur d’autres marchés, notamment les USA ou encore les pays du Golfe, est envisagée. Après une première expérience qui a fait long feu sur le marché américain, le groupe vient de décrocher un contrat dans le cadre du NBO et développe une collection spécifique pour son client américain.

Sur l’Europe, Au Derby fabrique sous licence des chaussures pour enfants, femmes et hommes, pour le compte de plusieurs marques, notamment Kickers, Testoni, Moreschi, Pierre Cardin, Mephisto, Camper, Baby Bott, Catimini, GBB, Aster et enfin l’américain Unisso qui produit, en Espagne aussi, 6 millions de paires par an.

Pour le marché local, dont Au Derby détient 25% de parts et sur lequel il réalise 5% de son chiffre d’affaires, le groupe procède à l’importation de 30 000 à 40 000 paires de chaussures de différents pays comme le Brésil, la France, l’Espagne, l’Italie et même du Vietnam et de Chine. Pour ces deux derniers pays, «les importations portent sur les articles moyen de gamme que nous ne pouvons pas produire dans nos usines pour des raisons de coût de production qui sont alourdis par les droits de douane sur les intrants. Pour une question de rentabilité, il est donc préférable d’en importer», explique M. Jettou.

400 MDH de chiffre d’affaires en 2007 dont 45% reviennent à la chaussure pour enfant
En 2007, le chiffre d’affaires du groupe a atteint 400 MDH dont 45% revient aux ventes de chaussures pour enfants, 30% aux chaussures pour femmes et enfin 25% à la gamme masculine. Les ventes connaissent une croissance soutenue de 5 à 6% par an. Un rythme de croissance qui sera accéléré, affirme-t-on, grâce à la restructuration du groupe.