Attijariwafa bank se positionne sur les crédits logement pour la classe moyenne

La banque vient de lancer Miftah Assaad, un produit adossé à  la garantie de la CCG «Damane Assakane».
800 000 DH maximum pour le prêt et une durée qui peut atteindre 25 ans.
6 à  24 mois de différés et pas de frais pour les dossiers déposés avant le 30 septembre 2009.

La course aux crédits immobiliers pour la classe moyenne a commencé sous l’effet de l’annonce, par les pouvoirs publics, du nouveau dispositif pour la garantie des crédits dans le cadre de Damane Assakane, une version revue et corrigée de l’ancien Fogarim.
Attijariwafa bank vient, en effet, de lancer un produit adapté à cette garantie qu’elle a baptisé Miftah Assaad. «Cette offre est destinée à faciliter l’accès au logement pour les classes moyennes dans les meilleures conditions», explique-t-on auprès d’Attijariwafa bank.
Le produit permet le financement de l’acquisition ou de la construction du logement principal. La banque a repris les conditions nécessaires à la garantie Damane Assakane, à savoir un montant du prêt maximum de 800 000 DH et un financement pouvant atteindre 100% du coût global de l’acquisition. L’emprunteur doit aussi être de nationalité marocaine, âgé de moins de 65 ans et n’ayant pas bénéficié d’un crédit garanti par l’Etat. L’effet de la garantie étatique permet de baisser le taux d’intérêt fixe des crédits qui seront alloués dans le cadre de ce produit. La durée de remboursement a également été adaptée à la classe moyenne puisqu’elle peut atteindre 25 ans.

Une nouvelle mouture pour ouvrir la garantie à la classe moyenne
Outre les avantages garantis par Damane Assakane, AWB y a ajouté sa touche personnelle en proposant quelques services tels que la possibilité de différer le paiement de 6 mois pour l’acquisition et 24 mois pour la construction ou encore la gratuité des frais de dossiers pour les clients qui déposent leurs dossiers avant le 30 septembre 2009.
Auparavant réservée aux personnes aux revenus modestes ou irréguliers, ainsi qu’aux fonctionnaires, la garantie de l’Etat pour les prêts immobiliers, connue sous le nom de Fogarim, avait été ouverte depuis la mi-février aux salariés, à la classe moyenne et aux professions libérales. Aussi, le 16 février dernier, le ministère de l’habitat, le département des finances, le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) et la Caisse centrale de garantie (CCG) ont signé une nouvelle mouture qui amende les conditions requises pour bénéficier de cette garantie de l’Etat. Celle-ci couvrant bien entendu un prêt destiné à acheter ou à construire un logement. Les ressources du nouveau fonds sont constituées par celles du Fogarim et du Fogaloge, la contribution du fonds solidarité habitat institué par la Loi de finances 2002 ou encore par les recouvrements réalisés au titre des créances nées suite à la mise en jeu des garanties du fonds.