Attijariwafa bank, BCP et BMCE Bank : elles contrôlent les deux tiers des dépôts et des crédits du secteur bancaire !

Elles ont augmenté leurs parts de marché par rapport à  2010, au détriment des 5 autres banques commerciales. La BCP détient la plus grosse part de marché en dépôts, suivie d’Attijariwafa et BMCE Bank.

Le secteur bancaire a bien résisté en 2011 à une conjoncture des plus difficiles, marquée par un attentisme des opérateurs économiques suite aux révolutions arabes et à un contexte électoral.
Une conjoncture marquée également par la montée des impayés et l’aggravation du déficit de leur trésorerie. Malgré cela, les huit banques commerciales de la place ont continué à accroître significativement leurs dépôts et distribuer plus de crédits par rapport à 2010, année où l’environnement économique était meilleur.

En effet, selon des données fournies par le département analyse et recherche d’Attijari Intermédiation, l’encours des dépôts de la clientèle a atteint 649,5 milliards de DH à fin 2011 pour les huit banques, en accroissement de 6,4% par rapport à 2010 contre une progression de 3,5% seulement entre 2010 et 2009. Pour sa part, l’encours des crédits à l’économie s’est élevé à 633,9 milliards de DH, en hausse de 12,9% contre 9,1% en 2010. Ces chiffres portent sur l’activité au Maroc pour permettre une meilleure comparabilité entre les établissements, sachant que seuls deux d’entre eux ont une présence significative en Afrique.
Au niveau des dépôts, ce sont surtout les comptes chèques, les comptes courants des entreprises et les comptes sur carnet qui ont bien évolué, avec des progressions de 7,2%, 12,2% et 9,8% respectivement. Les dépôts à termes ont, eux, fléchi de 1,4%. Quant aux crédits, toutes les catégories affichent des hausses, allant de 7,2% pour les crédits à l’équipement à 17,3% pour les crédits de trésorerie. Mais tous n’ont pas évolué à l’identique. Certains établissements ont réalisé de forts taux de croissance, tandis que d’autres n’affichent que de légères hausses, voire des baisses.

Les deux tiers des dépôts de la BCP sont non rémunérés

C’est le cas notamment du CIH qui a vu les dépôts de sa clientèle baisser de 1,2% en 2011. Crédit du Maroc a fait du surplace par rapport à 2010, alors que le Crédit Agricole s’est contenté d’un léger 1,9%. En face, on retrouve BMCE Bank qui cartonne avec 11,2% de croissance, suivie de la BCP (+8,9%) et de la Société Générale (+5,9%). La part de marché dans les dépôts de cette dernière banque est restée stable par rapport à 2010, à 7,8%. Cela au moment où BMCE Bank et la BCP ont gagné chacune 0,6 point supplémentaire, à 15% et 28,1% respectivement. Les parts de marché de tous les autres établissements ont reculé, même celle d’Attijariwafa bank qui a perdu 0,2 point, à 25,4%.
Notons que cette dernière banque, la BCP et BMCE Bank continuent de concentrer le plus gros des dépôts du secteur bancaire. Ensemble, elles accaparent 68,5% de l’encours global des banques commerciales, les cinq autres (BMCI, Société Générale, CIH, Crédit du Maroc et Crédit Agricole) se partageant toutes 31,5% de ce marché.
Une précision toutefois, au sein même du trio de tête, la qualité des dépôts diffère entre les banques. En effet, c’est la BCP qui compte le plus de dépôts non rémunérés (2/3 de ses encours), et elle se renforce davantage sur ce segment de comptes avec une part de marché améliorée de 1,8 point en 2011, à près de 30%. En face, Attijariwafa bank et BMCE Bank ont plutôt orienté leurs efforts de collecte vers les dépôts rémunérés (+1,6 point de part de marché en 2011, à 23,3% et 18,3% respectivement).
Au niveau des crédits, c’est la même structure que les dépôts, à savoir que les trois premières banques de la place accaparent 63,3% de l’encours des créances sur l’économie. Aussi bien Attijariwafa bank, BCP que BMCE Bank ont grignoté des parts de marché aux établissements de taille petite et moyenne, avec respectivement 25,4% (+0,2 pt), 24% (+0,2 pt) et 13,9% (+1,4 pt).

Attijariwafa bank se renforce dans le crédit à l’équipement, BMCE Bank dans le crédit de trésorerie

Attijariwafa bank s’est surtout renforcée sur les crédits à l’équipement, avec une croissance de son encours de 15,4% contre 7,2% pour tout le marché, ce qui lui a fait gagner 2,1 points de parts de marché, à 31%. Elle a également développé le crédit immobilier aux acquéreurs, avec une croissance de 12,4% contre 10% pour le marché, ce qui lui confère une part de 24,3% (+0,5 pt). A l’inverse, la BCP a été très active sur les crédits de trésorerie, avec  un encours en hausse de 28,7% contre 17,3% pour le secteur, lui faisant gagner 2,2 points de part de marché à 24,4%. La banque a également misé sur le crédit à la consommation avec une croissance de 15,4% de son encours contre 10,4% pour le marché (une part de 39,8%). BMCE Bank a également développé le crédit de trésorerie avec un encours en hausse de 26,3% et une part de marché en amélioration d’un point, à 13% et a  donné plus de crédits aux promoteurs immobiliers (+0,5 point de parts de marché).

Pour ce qui est des banques de taille petite et moyenne, elles ont certes perdu des parts de marché mais affichent quand même des taux de croissance satisfaisants au niveau des crédits. La Société Générale a enregistré une hausse de 8,1%, le CIH de 8,7%, Crédit du Maroc de 7,8% et le Crédit Agricole de 5,2%.