Atlas Blue, la filiale low cost de la RAM, démarre en septembre

Trois avions au départ, sept au bout de quelques mois n Le décret de création se trouve à la Primature.

Elle s’appellera finalement Atlas Blue. La nouvelle compagnie charter de Royal Air Maroc sera juridiquement créée dans les jours à venir. S.A. à directoire et conseil de surveillance (présidé par le patron de la RAM), filiale à 100% de la compagnie nationale, dans un premier temps, Atlas Blue ne pourra finalement être opérationnelle qu’à fin septembre 2004.
Le décret de promulgation de son existence juridique est actuellement sur le bureau du Premier ministre pour signature. Parallèlement, les dernières retouches sont apportées au business plan de la compagnie, et ce n’est qu’à fin mai que l’on aura les premiers chiffres prévisionnels concernant son taux de remplissage, ses charges et sa rentabilité. Suite à cela, Atlas Blue devrait entamer le chantier des autorisations auprès des instances nationales et internationales (OACI notamment), déposer ses plans de vol et se voir attribuer des slots (créneaux horaires).
Atlas Blue sera basée à Marrakech. Fonctionnant en système low cost, elle fera des liaisons point à point entre aéroports de province, nationales et européennes, sans transiter par le hub de Casablanca, ce qui devrait lui assurer des charges aéroportuaires moins élevées que celles supportées par les vols réguliers de la RAM.

Les avions seront loués auprès de la RAM
Le capital de démarrage d’Atlas Blue sera d’à peine 10 MDH. En effet, l’essentiel de son actif, qui devait être constitué par la flotte, ne sera pas acquis mais loué auprès de la RAM. De même, ce sont les pilotes de la compagnie nationale qui devraient, en début d’activité, assurer les liaisons. En tout, il est prévu qu’après une année de fonctionnement, Atlas Blue emploie près de 400 personnes dont 230 détachés de la RAM, le reste faisant l’objet d’un recrutement.
Trois avions seulement (des Boeing 737-400) seront mis en service en septembre prochain. Par la suite, trois autres seront loués auprès de la RAM et un septième appareil auprès d’une compagnie aérienne étrangère. Au bout d’une année d’activité, Atlas Blue devrait drainer au minimum un million de passagers charter qui, auparavant, voyageaient à bord de la RAM.
A ces derniers devraient s’ajouter quelque 300 000 nouveaux clients. A terme, c’est 30% du transport aérien global sur le Maroc qu’elle devra capter avec une progression attendue du nombre de sièges de 17% par an.
Et le coût des billets ? Dans le business model des compagnie low cost, il est en général de 30% moins cher que celui proposé sur des vols réguliers. Pour cela, un effort conséquent sur les charges devra être concédé. Les frais généraux ne devraient pas dépasser les 5% du chiffre d’affaires, le service à bord sera réduit ou payant et, enfin, le coût d’intermédiation commerciale est appelé à disparaître. Ventes par internet, tour-opérateurs et call centers constitueront 80% du chiffre d’affaires