Assurance maladie : 288 000 étudiants à couvrir en 2015-2016

Le budget alloué au régime est de 110 MDH. L’ensemble des étudiants marocains et étrangers de l’enseignement public et privé et de la formation professionnelle en bénéficie.

Le régime de l’Assurance maladie obligatoire des étudiants (AMO-E) a été officiellement lancé le 13 janvier à Rabat. Il a nécessité une enveloppe budgétaire de l’ordre de 110 MDH et devrait bénéficier à 288 420 étudiants marocains et étrangers de l’enseignement public et privé et de la formation professionnelle durant l’année universitaire en cours (2015-2016). Ils bénéficieront du même panier de soins garanti par le régime de l’AMO de base, à savoir les consultations médicales, les hospitalisations, les interventions chirurgicales, les analyses biologiques, la radiologie, en plus des médicaments et dispositifs médicaux remboursables; sans oublier les soins dentaires, l’orthoptique, la rééducation fonctionnelle, la kinésithérapie et les services paramédicaux. Le taux de remboursement des frais de soins varie de 70% (médicaments) à 100% (affections lourdes et coûteuses) et le taux de prise en charge varie de 90% (hospitalisation dans le secteur privé) à 100% (hospitalisation dans le secteur public, séances de dialyse et traitement du cancer).

La gestion du régime de l’AMO-E a été confiée à la CNOPS et sera encadrée par le ministère de la santé et l’ANAM, avec le concours de l’Office national des œuvres universitaires, sociales et culturelles et l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT).

La contribution annuelle des étudiants du privé fixée à 400 DH

La contribution annuelle des étudiants de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle dans le secteur public sera prise en charge par l’Etat, tandis que les étudiants du secteur privé et de masters payants au sein des établissements publics devront payer leur contribution annuelle, fixée à 400 DH.

A l’heure actuelle, la part de la population marocaine bénéficiant d’une couverture médicale est estimée à 64%, alors qu’elle ne dépassait pas 16% avant 2005, année d’entrée en vigueur de l’AMO. Cette part devrait dépasser les 95%, après la mise en œuvre de la loi n°15-98 relative au régime de l’assurance maladie pour les professions libérales et les travailleurs indépendants, ce qui permettra ainsi d’atteindre la couverture sanitaire universelle.