Assurance : bien orientées, les primes émises pourraient frôler 45 milliards de DH en 2019 !

Les estimations des professionnels parlent de croissance soutenue des primes émises en 2019 par rapport à 2018. A fin juin 2019, la branche Vie a vu ses primes augmenter de 9,9% et la Non-Vie de 7%. La hausse de la sinistralité automobile, le renchérissement des frais de gestion, et la hausse des sinistres de pointe brident la rentabilité.

Le secteur des assurances aura réalisé une nouvelle prouesse commerciale en 2019 ! A défaut des chiffres définitifs de la Fédération marocaine des sociétés d’assurance et de réassurance (FMSAR) et de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS), les estimations des professionnels parlent de croissance soutenues des primes émises en 2019 par rapport à 2018, dans le sillage des hausses observées sur les deux dernières années. Dans le détail, les opérateurs sondés affirment que la branche Vie a continué à surperformer le marché en 2019 avec une hausse d’environ 6 à 9%. Ce compartiment d’activité aurait terminé l’année sur un volume de chiffre d’affaires d’environ 20,5 milliards de DH (contre 18,8 milliards de DH en 2018). Dans la Non-Vie, la croissance a été plus limitée. Des responsables de compagnies estiment que les différentes sous-branches Non-Vie, en l’occurrence l’automobile, la maladie- maternité, et les accidents du travail, ont vu leurs primes émises augmenter de 4 à 7%. Sachant que ce compartiment d’activité a clos l’année 2018 sur un volume de 23,1 milliards de DH, les compagnies auraient émis en 2019 plus de 24,5 milliards de DH en Non-Vie. A ce rythme, l’activité des compagnies animant le marché pourra frôler les 45 milliards de DH de primes émises toutes branches confondues.

Selon les dernières données disponibles, arrêtées à fin juin 2019, le secteur affiche des primes semestrielles record, portées par le segment Vie et Capitalisation (épargne, Assurances en cas de décès, contrats à capital variable et autres). Cette branche enregistre une augmentation de 9,87% à 10,4 milliards de DH, tirée par la capitalisation (+16,7% à 3,9 milliards) et les assurances individuelles (+8% à 4,8 milliards de DH). Au volet de la Non-Vie, les primes émises ont avoisiné 14,3 milliards de DH au premier semestre 2019, en hausse de 7%. À noter la bonne performance de l’assurance automobile qui gagne 7,9% pour un chiffre d’affaires de 6,8 milliards de DH. Suit l’assurance pour les Accidents corporels avec une un chiffre d’affaires de 2,29 milliards (+6,9%) devant la branche Accidents du travail (+2,9% à 1,5 milliard).

Pour expliquer cette tendance, les opérateurs estiment que le marché tire essentiellement profit de la prise de conscience du Marocain de l’importance de préparer sa retraite et l’avenir de sa progéniture. C’est ce qui justifie la bonne orientation des assurances capitalisation. A fin juin 2019, cette sous-branche de la Vie affiche une croissance à elle seule de 16,7% à environ 3,9 milliards de DH. De plus, les sous-branches obligatoires continuent de doper l’activité, bien que démontrant de légers signes d’essoufflement. C’est le cas de l’automobile dont les primes contribuent à hauteur de 27.4% du chiffre global, constituant ainsi le deuxième grand contributeur à l’activité après la Vie-capitalisation (42,2% des primes émises). L’assurance automobile a vu ses primes croître de 7,9% à fin juin, alors qu’elles augmentaient à deux chiffres sur les dernières années.

Toutefois, les bonnes réalisations commerciales ne se retrouvent pas systématiquement dans la rentabilité. A en croire les responsables des compagnies, la hausse de la sinistralité, notamment dans l’automobile, l’augmentation du nombre des sinistres de pointe, la hausse des frais de gestion sur quelques contrats et les mauvaises réalisations des placements pèsent sur le résultat du secteur.

En effet, en dix ans, les accidents matériels gérés ont été multipliés par 7,4. L’augmentation des coûts participe à la détérioration de la rentabilité de la branche dont le ratio combiné (sinistres/primes) frôle 100%, voire dépasse ce seuil chez certains assureurs. Pour rattraper la dégradation du résultat technique, les revenus des placements ne sont plus aussi alléchants en raison des mauvaises réalisations des marchés financiers.

A fin juin 2019 (derniers chiffres disponibles), Wafa Assurance se classe première en parts de marché. La filiale du groupe Attijariwafa bank émet 4,65 milliards de primes, soit une part de marché de 18,8%. Suivent RMA (3,61 milliards) qui contrôle 14,6% des primes et Saham Assurance (3 milliards) qui réalise 12,4% du chiffre d’affaires des assureurs. La Mutuelle Taamine Chaabi arrive en quatrième place. La filiale du Groupe Banque Populaire continue de monter en puissance, réalisant au passage un chiffre d’affaires de 2,9 milliards de DH, exclusivement sur des affaires de la branche Vie. Sa part de marché s’améliore à 11,8%, après seulement trois années d’existence. Classées par segment, en Assurances Vie (y compris les acceptations en réassurance), Mutuelle Taamine Chaabi est au 1er rang avec une part de marché de 28%. Wafa Assurance se positionne à la 2e place du podium (21,7%) suivie de RMA (16,6%) et La Marocaine Vie (10,5%). En Assurances Non-Vie (y compris les acceptations en réassurance), Saham Assurance est 1ère du classement avec une part de 17,1%, devant Wafa Assurance (16,7%). La filiale d’Attijariwafa bank est suivie de RMA (13,1%), et Axa Assurance Maroc (12,7%).