Assurance auto : optez pour les bonnes garanties

Outre le minimum légal, plusieurs couvertures sont intéressantes. Le choix de son assureur-conseil est crucial. L’importation de systèmes de tarification mis en place à  l’étranger va apparaître.

Bien loin qu’une simple formalité, assurer son véhicule mérite une attention particulière de la part du propriétaire. En effet, outre le fait qu’il s’agit là d’un poste budgétaire non négligeable, il convient également de veiller à souscrire aux garanties idoines. Or, en la matière, à l’instar du mode de financement d’ailleurs, les opérateurs de la place font montre d’ingéniosité marketing sur un marché certes réglementé mais néanmoins fort concurrentiel. Par exemple, certains cibleront la gent féminine par le biais de tarifs avantageux, de plus de 20 prestations d’assistance, une assistance pour récupérer le véhicule mis en fourrière… D’autres, en cas d’accident ou d’agression, prennent en charge les frais de chirurgie esthétique pour le conducteur et et les passagers et indemnisent également les frais d’un chauffeur pour déposer les enfants à l’école ou les frais d’une aide à domicile. Mieux encore, pour le confort des enfants, des compagnies remboursent les frais de rattrapage scolaire. D’autres demeurent davantage généralistes en offrant durant une période limitée «10% de réduction sur toutes vos garanties complémentaires».

Le terme est lâché : «complémentaires». En effet, au même titre que l’assurance maladie, en l’occurrence les mutuelles, l’assurance automobile est régie par un régime de base puis des options certes payantes mais plus ou moins utiles. C’est pourquoi recourir à un bon assureur-conseil est primordial afin de contracter les garanties adaptées à notre profil conducteur. Car force est d’admettre que c’est souvent lorsqu’il nous arrive un ennui particulier que l’on regrette de ne pas avoir inclus telle ou telle garantie dans notre contrat. Il est hélas trop tard. Souvenez-vous des inondations de l’hiver 2011, lesquelles ont causé maints dommages à de nombreux conducteurs. Sans doute que ces derniers se sont depuis prémunis contre ce type de dégâts, voire d’autres prévisibles bien qu’inattendus. Nul n’est à l’abri d’un sinistre de quelque nature que ce soit. Donc, l’adage qui stipule qu’il vaut mieux prévenir que guérir est tout à fait approprié.

Mais avant de songer à une couverture élargie, sachez que tout conducteur est obligé de débourser pour un minimum. En l’occurrence, pour un véhicule automoteur, il s’agit de la Responsabilité civile (RC) à l’égard des tiers et qui est matérialisée par l’attestation que les conducteurs doivent impérativement présenter aux agents d’autorité (police, gendarmerie). Ceci dit, souvent, les assureurs accordent la garantie Défense et Recours qui leur permet d’exercer la procédure contre un tiers responsable, adversaire de leur assuré, pour récupérer le montant des dégâts subis et également défendre leur assuré en cas de poursuites civiles (accidents corporels). Quant aux options complémentaires, dont quelques unes sont en fait non négligeables, plusieurs  conseillent les garanties Vol et Incendie (surtout pour les véhicules diesel) et Bris de glace si le client fait beaucoup de route. Par contre, les garanties «tierces», encore appelées «Dommages collisions», sont conseillées pour les particuliers n’ayant pas énormément d’expérience de conduite… mais leur coût demeure élevé, ce qui diminue effectivement leur commercialisation.

Voilà pour la globalité. Par ailleur, à l’instar d’autres corps de métiers, il convient de choisir son assureur en fonction de sa réelle réputation car parfois les publicités tapageuses peuvent s’avérer trompeuses. Aussi, on peut citer l’exemple de garages trop souvent responsables de conflits, de promesses d’indemnisation irréelles. Par ailleurs, même si le procédé se fait automatiquement (chez les assureurs honnêtes) lors du calcul de votre somme annuelle à régler, veillez à ce que le montant de votre prime corresponde à la valeur du véhicule assuré, lequel décote chaque année. Partant de ce simple constat, il va sans dire que le rôle des agents d’assurance pourrait évoluer dans le bon sens, tant pour les assurés que les assureurs. A ce propos, les améliorations devraient essentiellement porter sur la qualité du service après-vente auprès de tous les intervenants de la chaîne : claire explication des garanties accordées (étendue, franchises, vétusté) ; procédure d’indemnisation contrôlée au niveau des services sinistres des compagnies (délais d’ouverture des dossiers, réponses aux sollicitations exceptionnelles, règlements des sinistres…) et suivi des experts (délais pour établissement des rapports simples ou contradictoires).

Les garanties optionnelles demeurent onéreuses

Autre question cruciale : comme dans divers pays, existe-t-il ici des cadres particuliers qui régissent les jeunes conducteurs, les primes bonus/malus, l’ancienneté, les autos de collection, l’assurance kilométrique…? Concernant la procédure de tarification, les seuls éléments pris en considération pour la détermination des primes sont, pour les véhicules, l’usage, à savoir tourisme, commerce ou transport, le carburant utilisé et la puissance en CV fiscaux. Pour les conducteurs, il existe le système du bonus/malus dont l’objectif étant de récompenser les bons conducteurs et sanctionner les mauvais. Il est néanmoins regrettable qu’il n’y ait pas de lien entre le nouveau permis à points et le système bonus/malus. En effet, un assuré peut être responsable de plusieurs accidents matériels mais conserver son capital points ! Comme quoi beaucoup reste à faire en la matière. Bien des niches sont à explorer et à exploiter par les grandes compagnies. Sachez aussi qu’un véhicule acquis à crédit ou en leasing doit absolument être assuré contre le vol et l’incendie, soit en passant par les organismes de crédit, soit directement par les assurés lors de l’établissement des contrats. Par ailleurs, certains organismes financiers ont mis en place directement auprès d’assureurs des couvertures «tierces» ou dommage collision pour tout dossier de crédit, souvent assortis de la couverture financière.

Quant à l’avenir du secteur qui touche un parc automobile appelé à se développer, il faut s’attendre à d’importantes mutations compte tenu des tentations des compagnies d’assurances à importer les systèmes mis en place en Europe, surtout depuis la récente libéralisation du tarif automobile et il n’est pas exclu de voir prochainement des tarifications ciblées sur l’âge des conducteurs, sur leur situation de famille et du kilométrage parcouru. Espérons simplement que ces nouvelles mesures seront aussi attractives et efficaces qu’en Europe ! En attendant, choisissez un bon assureur qui se distinguera essentiellement par sa clarté, sa simplicité et son honnêteté.