Assises du tourisme : les vraies raisons du report

Les professionnels de Marrakech et d’Agadir avaient manifesté leur volonté de ne pas signer les contrats programme régionaux. Ils ne sont toujours pas d’accord avec le ministère sur leur contenu.

Les Assises du tourisme, prévues de longue date pour le 4 décembre 2012, ont été reportées sine die par l’organisateur, en l’occurrence le ministère du tourisme. La seule explication donnée est qu’il y a un problème d’agenda de certains intervenants dont la présence était prévue ou souhaitée.

Officiellement, les représentants des professionnels affirment que la décision du report de ces assises est une initiative plutôt sage. Mais, en coulisse, la plupart de ces professionnels tiennent un autre langage et donnent d’autres explications à l’origine de ce report. Une source proche du dossier affirme en effet que les organisateurs de cette manifestation, qui est généralement l’occasion de présenter un bilan d’étape de la stratégie touristique nationale et de se projeter dans l’avenir, n’étaient pas prêts «ni sur la forme ni sur le fond pour la tenue de ces assises».

Même les élus ont émis des réserves sur le contenu des contrats programme

Le patron de Z Tour, Fouzi Zemrani, est plus loquace. «Quel bilan peut-on donc faire de ces deux années passées ? Avec une baisse des nuitées, des taux de remplissage de 41%, le chaos de Ouarzazate et Zagora, l’incertitude à Fès et Meknès, la fermeture de lignes par la RAM, la fin de Jet4you, la chute des prix, le retrait des low cost, le plan Azur au point mort et le taux de chômage qui risque d’augmenter, peut-on vraiment parler de résilience comme on se plaît à le répéter dans toutes les déclarations ?», s’interroge-t-il.

En réalité, il était difficile de tenir ces assises car, entre autres événements, elles devaient être marquées par la signature des deux premiers contrats programme régionaux (CPR), ceux des deux destinations principales que sont Marrakech et Agadir. Le fond du problème est que les discussions entre les professionnels de Marrakech et le ministère du tourisme étaient tendues. Aussi bien les professionnels que les élus et même les autorités de la ville qui siègent au sein du Conseil régional du tourisme (CRT) ont émis des réserves et des critiques sévères sur le contenu de ce projet de contrats programme.

Le CRT de Marrakech et de manière plus discrète celui d’Agadir avaient lancé des signaux clairs au ministère du tourisme pour lui signifier qu’ils ne signeraient pas les CPR de leur ville. C’est en fait la vraie raison du report des assises dont la dernière édition qui remonte au 30 novembre 2010 avait été consacrée à la signature du contrat programme national de la Vision 2020.