Architecture, BTP : des marchés à  prendre dans le chantier du TGV

Les appels d’offres pour le terrassement, les ouvrages d’art et certains équipements de voirie seront lancés incessamment. Ceux relatifs au système d’information et le concours d’architecture pour les gares suivront.

Le projet de train à grande vitesse (TGV) est donc lancé et les travaux vont durer jusqu’en décembre 2015, date à laquelle est prévue la mise en circulation commerciale de ce transport par voie ferrée dont le tracé est désormais définitivement arrêté (voir carte). Pour l’heure, on en est au début de la première phase consacrée aux travaux de terrassement qui ont débuté en septembre 2011 et qui vont durer 31 mois, soit donc jusqu’en 2014. Cela dit, plusieurs chantiers seront menés de front. Ainsi, en parallèle des travaux de génie civil qui seront exécutés entre 2012 et 2014, la fabrication des traverses sera aussi entamée en 2012 et la livraison de la première rame est attendue vers la fin de 2014, année qui connaîtra aussi l’achèvement des travaux de l’atelier de maintenance de Tanger (Moghogha) prévu pour le mois de juin de cette année-là pour un coût estimé à 560 millions DH (HT).
Par ailleurs, l’offre commerciale (enquêtes, sondages et conception des services) sera réalisée et finalisée entre 2012 et 2013, de même que la formation du personnel qui sera, achevée fin 2014. L’année 2015 sera uniquement consacrée aux essais et tests pour l’homologation de cette ligne Tanger-Casablanca qui sera ouverte au public en décembre 2015. En parallèle, et pour la réalisation du programme, les appels d’offres se poursuivent. Ainsi, les appels d’offres relatifs aux travaux de terrassement et de la réalisation des ouvrages d’art, ainsi que ceux de certains équipements ferroviaires, seront lancés entre les mois d’octobre et novembre 2011 : voie et caténaires, appareils de voie, fournitures des rails, etc.
Ils ont été précédés, en juillet et août,  par les appels d’offres pour la fourniture des signalisations et du système de télécommunications ainsi que celui pour les soudages des rails. Les appels relatifs au système d’information ainsi qu’au concours d’architecture pour la réalisation des gares de Tanger, Kénitra, Rabat-Agdal et Casa-Voyageurs seront également lancés en octobre et novembre 2011.

Kénitra-Casablanca : la même voie ferrée que l’actuelle

Pour l’attribution des marchés de construction de l’atelier de maintenance de Tanger, il faut signaler que quatre lots pour la réalisation de cet atelier ont déjà été attribués en avril 2011. Ils portent sur des travaux de génie civil, mais il en reste encore 8 qui devraient être attribués au courant de l’année 2012. Ce sont évidemment de gros marchés publics qui concernent à la fois le matériel roulant et sa maintenance et les chantiers de génie civil pour la réalisation de la voie. Cet atelier de maintenance sera situé à 2 kilomètres de la gare et comprend, entre autres, équipements, une station de lavage, 2 voies d’examen et de visite des rames d’une longueur de 400 mètres et un bâtiment abritant une voie en fosse de 200 mètres pour le remplacement des essieux et des boggies ainsi qu’une autre de la même longueur pour rectifier le profil des roues sans qu’elles ne soient démontées.
L’atelier comprend un bâtiment de 17 000 m2 abritant des ateliers de réparation spécialisés (mécanique, électricité, etc.), des magasins, un local pour garage des engins de manutention et des locaux administratifs avec parking pour le personnel.
Un tel atelier exige une maîtrise de la sécurité et un management environnemental comme c’est exigé désormais par les normes en vigueur pour ce genre de technologie. Ainsi, la maîtrise de la sécurité englobe la sécurité des personnes durant les travaux de construction de cet atelier et, après la mise en service, la sécurité durant la phase d’exploitation et de maintenance. Quant au respect de l’environnement, la direction du projet TGV a mis en œuvre une politique de maîtrise des impacts du chantier sur l’environnement avec la mise en place d’un Plan assurance environnement (PAE), obligatoire aussi pour les entreprises chargées de la construction.
S’agissant de la consistance du matériel, le nouveau train sera équipé de rames duplex pouvant circuler à une vitesse de 320 km/h sur la voie rapide et s’adapter aussi au réseau ferroviaire classique qu’il devra emprunter entre Kénitra et Casablanca. La capacité de ce train est de 533 places assises dont une partie est réservée aux personnes à mobilité réduite, notamment  des espaces pour usagers de fauteuils roulants. En plus des deux rames motrices du train, celui-ci est composé de deux remorques de 1ère classe (121 places) et de 5 remorques de 2e classe (412 places) et d’une remorque cafétéria. Le coût d’acquisition de ce matériel est de 4,1 milliards de DH. Rappelons que le projet de ce train à grande vitesse mobilisera un investissement global de 20 milliards de dirhams.