Après Sothema et Promopharm, les Laboratoires Bottu en Bourse ?

La société a incorporé 185 MDH de réserves à  son capital pour améliorer la liquidité potentielle de son action. Le nombre d’actions passe de 15 000 à  100 000. Son chiffre d’affaires a triplé entre 1999 et 2009.

Après une reprise timide des introductions en Bourse en 2010 (avec en tout et pour tout deux offres publiques de vente, en l’occurrence CNIA Saada et Ennakl), l’année qui vient de démarrer devra être celle du retour significatif du «papier frais». En effet, pas moins d’une demi-douzaine de sociétés préparent leurs plans de campagne boursière, voire peaufinent déjà leurs notes d’information. Après Stroc Industrie, Méditel, Koutoubia et d’autres opérateurs qui ont annoncé leur volonté de rejoindre la cote, un nouveau poids lourd, cette fois-ci exerçant dans le secteur pharmaceutique marocain, semble affûter ses armes pour rejoindre la cote.
Il s’agit des Laboratoires Bottu dont l’actionnaire de référence, la famille Berrada, vient d’augmenter le capital de 15 à 200 MDH par incorporation de réserves. Cette opération, qui ne change, en rien, certes, la valorisation de la société (aucune injection d’argent frais) vise à améliorer la liquidité potentielle de l’action Bottu en en portant le nombre total à 100 000 (contre à peine 15 000 auparavant) avec une valeur nominale de 2 000 DH. Un objectif qui apaise sans doute, pour le fabricant du célèbre Doliprane, le coût fiscal non négligeable d’une telle opération et qui s’élève à 1,85 MDH, droits d’enregistrement obligent.

La société intervient sur l’ensemble de la chaîne de fabrication du médicament

Créé en 1953, Bottu SA est un des premiers laboratoires pharmaceutiques marocains mais également l’un des plus importants avec 31 millions d’unités vendues en 2009. Au début des années 1980, Ezzedine Berrada, actuel président, et sa famille en prennent le contrôle en marge du désengagement de l’actionnaire français éponyme. Avec un effectif qui avoisine les 400 salariés, la société intervient sur l’ensemble de la chaîne du médicament : de l’importation des matières premières ou des produits finis à la commercialisation de spécialités pharmaceutiques et parapharmaceutiques. Au cours de la dernière décennie, la performance financière de ce laboratoire n’a cessé de s’améliorer avec un chiffre d’affaires qui a triplé entre 1999 et 2009 en s’établissant à 396 MDH et un résultat net qui a bondi de 133 % à 49,6 MDH. S’il venait à franchir le Rubicond, Bottu renforcerait le secteur des valeurs pharmaceutiques à la Bourse de Casablanca qui compte déjà deux représentants, Promopharm et Sothema, dont la capitalisation boursière cumulée est de 2,8 milliards de DH.