Après les dossiers chauds, la vision stratégique

Rachid Talbi Alami veut doter le Maroc d’un nouveau concept de zones d’activités
industrielles.

Une année environ après avoir été nommé à la tête du ministère de l’Industrie, du Commerce et des Télécommunications, Rachid Talbi Alami semble avoir aujourd’hui une vision plus claire de ce qu’il veut faire. En effet, la période d’immersion a été particulièrement difficile vu l’étendue de son champ d’action et la complexité des secteurs dont il a la charge. A peine en poste, le ministre s’était retrouvé avec plusieurs dossiers chauds sur les bras, comme ceux de Fiat, Somaca, ou encore la deuxième licence du fixe… Aujourd’hui, en parlant du bilan de sa première année, comme il l’a fait lors du point de presse qu’il a donné lundi 22 décembre, Rachid Talbi Alami semble avoir entre-temps affiné sa vision, tenant désormais un discours plus serein.

Onze pépinières d’entreprises seront ouvertes en 2004
Toujours est-il qu’en passant en revue ce qui a été fait depuis le début, et hormis les dossiers prioritaires, l’on peut dire que le train est en passe d’être mis sur les rails. Pragmatisme et bon sens obligent, il fallait commencer par remettre de l’ordre dans le tissu industriel et commercial existant et préparer des bases saines pour les nouveaux investissements. Ainsi, l’un des axes prioritaires du département a été de s’attaquer aux infrastructures d’accueil, notamment les zones industrielles et parcs d’activités ainsi que les pépinières d’entreprises.
L’objectif est de réaliser une nouvelle génération d’espaces d’accueil industriels en phase avec les impératifs de la compétitivité internationale et de l’équilibre régional. En un mot, il fallait en finir avec les pseudo- zones industrielles à la marocaine, mal desservies, mal viabilisées et qui, souvent, ne répondent pas aux attentes des investisseurs. Le rêve de Rachid Talbi Alami est de doter le Maroc de districts à l’italienne ou à la chinoise. Ces quartiers industriels où les opérateurs sont complémentaires et qui présentent une véritable force de négociation vis-à-vis des donneurs d’ordre.
En attendant ce jour, il est signalé auprès du ministère que sept zones d’activité sont achevées, neuf en cours de réalisation et quatorze en phase de lancement. Parallèlement, le ministère mettra en service, courant 2004, 11 pépinières d’entreprises, en achèvera 5 et lancera les travaux de 8 nouvelles.
En plus des infrastructures, le ministère s’est attaqué à bien d’autres gros dossiers, certes moins budgétivores, mais tout aussi vitaux pour la relance de l’économie. L’on citera essentiellement la réorganisation des activités du petit commerce et de la grande distribution, la promotion de la qualité, l’accélération du processus de mise à niveau, sans oublier toutes les actions pour faire entrer le Maroc dans l’ère des nouvelles technologies de l’information. Pour les mois à venir, Rachid Talbi Alami a un menu bien garni