Après les années fastes, les professionnels de la location de matériel de BTP broient du noir

A la baisse d’activité des entreprises de BTP s’est ajoutée la commercialisation de matériel neuf et d’occasion à  bas prix en provenance de l’étranger. Les loueurs se sont en plus multipliés et la concurrence est devenue plus vive. Le loyer des équipements a baissé de manière drastique.

Après des années fastes, la location de matériel de BTP (grues, matériels de terrassement…) semble connaître des jours difficiles. Selon les opérateurs du secteur, l’exacerbation de la concurrence couplée au ralentissement de la commande autant privée que publique dans le bâtiment a induit une nette diminution de la demande.
Jusqu’en 2008, le recours à la location de matériel avait explosé dans le sillage de la politique volontariste en matière d’investissement public. «La demande était telle que les spécialistes de la location de matériel avaient du mal à suivre», commente un professionnel arrivé sur le marché à son plus haut et qui s’est, depuis, diversifié en fabriquant la charpente métallique pour sauver les meubles. 

Mais à partir de 2009, le secteur a commencé à accuser le coup avec le ralentissement de la promotion immobilière et des travaux publics. Cela dit, indépendamment de la simple baisse d’activité des entreprises opérant dans le BTP, les spécialistes de la location sont pénalisés par d’autres facteurs. D’abord, «les entreprises de BTP étrangères, notamment, espagnoles, qui se sont de plus en plus imposées au Maroc ont ramené avec elles leur matériel et ont pu se passer de location, du moins lors de leurs premiers mois d’exploitation», explique un professionnel.

Ensuite, l’offre abondante et bon marché provenant de l’étranger a fait que les entreprises nationales ont été encouragées à s’équiper. «En raison du ralentissement en Europe du secteur du BTP, les prix du matériel neuf comme celui d’occasion ont été nettement revus à la baisse», détaille un loueur de matériel.
Enfin, la concurrence est plus rude avec l’arrivée de plusieurs opérateurs sur le secteur. En effet, attirés par le dynamisme du segment lors du boom du BTP, «de nombreux spécialistes de la location, locaux ou étrangers, sont apparus sur le marché», explique-t-on auprès de EMT Levage, qui figure parmi les leaders du secteur, et qui a été rachetée par le groupe Alliances en 2009. A ce titre, depuis 2008, le parc de la location du matériel BTP, notamment les grues, a progressé d’une manière exponentielle et affiche une augmentation de près de 300%, selon les estimations des professionnels.

Tous ces facteurs sont autant de contraintes pour l’activité des spécialistes de matériel de BTP et cela a même déjà induit des baisses de loyers de 30 à 40%. Le loyer de certains matériels a même été divisé par deux par rapport aux années fastes.

12 000 DH par jour ou 150 000 DH par mois pour une grue de 100 tonnes

Il ne faut pas en déduire pour autant que le secteur est entré en léthargie. «De plus en plus d’entreprises ont quand même recours à la location, la jugeant plus avantageuse par rapport à la possession de leur propre parc», assure-t-on auprès d’EMT. En effet, les spécialistes avancent que le recours à la location dispense des frais de gestion et d’amortissement supportés par les détenteurs de matériel. Mieux encore, en cas d’arrêt de chantier pour une raison quelconque, l’entreprise échappe à toutes les charges dues à l’immobilisation du matériel, ce qui inclut les coûts fixes des salaires des techniciens et conducteurs, argumente-t-on. Enfin, la pression à la baisse sur les loyers semble plaider pour la location. Précisons à ce titre que le prix d’une location d’une grue d’une capacité de 100 t, par exemple, atteint actuellement 12 000 DH par jour et 150 000 DH par mois.

Mais selon certains professionnels, le recours stratégique à la location reste l’apanage des plus grandes entreprises qui sont aussi les plus structurées. Pour leur part, les entreprises moyennes n’optent pour la location que dans l’urgence, lorsqu’elles doivent faire face à un pic d’activité.

Cela étant, qu’il s’agisse de grandes ou de petites structures, la location de certains matériels s’impose dans tous les cas. «Toutes les entreprises louent des grues», souligne-t-on auprès d’EMT. C’est d’ailleurs l’outil le plus loué par le spécialiste qui dispose d’un parc de 130 machines. Quand ont sait que ce type de matériel peut coûter jusqu’à 20 MDH pour une utilisation souvent limitée et ponctuelle, on comprend pourquoi sa location s’impose.