Appeler en roaming ? Salée la facture ! De 12 à  78 DH la minute !

Postpayé, prépayé, zone géographique, appel sortant ou entrant, opérateur, les prix dépendent de plusieurs critères.
Un forfait fixe de 6 DH avant même d’avoir parlé, sous couvert de «frais d’établissement d’appel».

Le roaming ! Un terme que connaissent certainement les clients des opérateurs de téléphonie mobile et plus particulièrement ceux qui disposent d’un abonnement postpayé. Ce dispositif est certes d’un grand secours car il permet au client, même quand il se trouve à l’étranger, d’être joignable et d’appeler de son portable. Mais parfois aussi le roaming peut réserver de mauvaises surprises à la réception de la facture à la fin du mois. Souvent on se laisse déborder par un temps de communication plus élevé que celui visé au départ. Il faut savoir qu’au Maroc, comme partout dans le monde, le coût du roaming (également appelé itinérance en français) est largement plus élevé que celui d’une communication locale ou d’un appel vers un autre client d’un opérateur étranger. C’est pourquoi ce service est un peu partout considéré, à tort ou à raison, comme la vache à lait des opérateurs télécoms. Il n’y a qu’à voir les prix de la minute pour s’en convaincre.
Les prix varient en fonction des zones dont le nombre varie de 5 (chez Maroc Telecom et Inwi) à 7 (chez Méditel). Au sein même de ces zones, la grille tarifaire peut parfois aller du simple au double, selon que le client qui est à l’étranger dispose d’un abonnement prépayé ou postpayé et selon que l’appel soit entrant ou sortant.

L’appel du postpayé revient moins cher du prépayé

Premier principe à retenir. Si vous êtes à l’étranger et que vous composez l’appel, vous vous acquittez obligatoirement d’un montant forfaitaire de 6 DH, indépendamment de la durée de communication. Ce montant correspond aux frais facturés par les trois opérateurs nationaux sur le vocable «établissement d’appel» (call set up). Deuxième principe à retenir, à l’inverse des appels locaux effectués à l’intérieur du pays, la minute est indivisible. Pour prendre un exemple, si vous êtes abonné à Méditel et que vous appelez au Maroc alors que vous êtes en France, pour une communication de 10 secondes seulement, il vous en coûtera le prix d’une minute entière (12 DH) augmenté des fameux 6 DH  d’établissement d’appel, soit 18 DH (TTC). A ce prix-là, mieux vaut parler la minute entière ! En entrant dans les détails, et hormis les frais d’établissement d’appel, Méditel, par exemple, facture le roaming postpayé entre 12 DH la minute et 28 DH, selon la zone où vous vous trouvez, alors que Maroc Telecom, qui, apparemment, offre les tarifs les plus intéressants sur la zone Europe 1 (Belgique, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas et Espagne), pratique des prix compris entre 6 et 36 DH. Inwi, le nouvel entrant sur le marché, lui, a mis en place une fourchette s’établissant entre 10 et 48 DH.
Pour ceux qui disposent d’une carte prépayée, les tarifs sont évidemment plus élevés. Il faut compter, chez Méditel, entre 18 et 38 DH la minute, chez Inwi, entre 18 et 72 DH la minute, alors qu’auprès de Maroc Telecom, l’indication n’est pas donnée, ce qui laisse supposer que l’opérateur pratique les même tarifs quel que soit le mode d’abonnement.
Autre information importante. Quand on est à l’étranger et que l’on reçoit des appels, le coût diffère par rapport au scénario de l’appel sortant et les prix sont comparativement plus bas. Normal, le client n’est pas demandeur de l’appel, il le subit. Le coût de l’appel entrant correspond, en moyenne, au tiers de celui d’un appel sortant.
Bien entendu, que ce soit pour les appels entrants, sortants ou encore les SMS, MMS et Internet mobile, de multiple nuances existent selon les opérateurs et les zones. De fait, il faut avoir en tête deux principes pour saisir les enjeux d’un appel passé ou reçu alors qu’on est à l’étranger. Le premier est que le roaming est la possibilité donnée à un client d’un réseau donné d’utiliser ceux d’autres opérateurs dans le monde, s’il le souhaite. Pour cela, il faut que des accords soient négociés entre les opérateurs pour déterminer le prix à payer pour qu’un client soit réceptionné dans un pays d’accueil et puisse accéder aux services de téléphonie, de SMS, de MMS et d’internet lors de ses déplacements sur des territoires étrangers. Les accords sont passés en fonction de la taille des opérateurs, des flux attendus etc.

En Europe, un maximum de 0,49 euro HT par minute

La deuxième idée maîtresse est que le service roaming est un produit comme un autre et que le client en le demandant (car il faut qu’il le demande) choisit d’être joignable et, de ce fait, ce sera à lui de payer tout surplus. Le problème est que lorsque l’on appelle un abonné d’un réseau, l’on n’est pas censé savoir qu’il se trouve en dehors de son réseau nominal. Ainsi, l’appelant sera facturé sur la base d’un appel local alors que l’appelé supportera l’appel international, en fonction des prix négociés entre son opérateur et celui qui lui offre les services sur le territoire où il se trouve à travers ses infrastructures.
Par contre, dans le cas où deux clients sont hors de la zone couverte par l’infrastructure de l’opérateur qui a mis à leur disposition une puce GSM, chacun paiera en fonction de son appel. Si l’un se trouve à Pékin et l’autre à Washington, selon que c’est l’un ou l’autre qui émet l’appel, la facturation se fera sur la base de la distance qui le sépare du pays où la puce est censée se trouver normalement, c’est-à-dire le Maroc.
C’est pour toutes ces raisons, qu’avant tout déplacement, il faut aller sur le site de son opérateur pour se faire une idée sur les prix. En effet, l’Agence nationale de réglementation des télécoms (ANRT) fait obligation aux opérateurs d’afficher les prix et les tableaux sont, il faut le reconnaître, lisibles et très détaillés. 3Il reste que le roaming pour les abonnés de la téléphonie mobile au Maroc coûte relativement cher. En Europe, la question des prix du roaming a été tellement prise au sérieux que le Parlement et le Conseil européen sont allés jusqu’à voter une loi instituant un «eurotarif» (tarifs plafonnés à 0,24 euro pour les appels entrants et 0,49 euro pour les appels sortants, en HT) depuis le 30 septembre 2007.