Appel d’offres pour Taghazout en juin

Le 17 mai, un road-show sera organisé dans la station pour les investisseurs
nationaux et étrangers.
Les premiers hôtels devraient ouvrir leurs portes en juin.

Depuis mars 2004, date à laquelle le groupe Dalah Al Baraka avait été démis de son rôle d’aménageur-développeur de la station de Taghazout pour non-respect des délais fixés par les cahiers des charges, aucune suite n’a été donnée à ce dossier. L’avenir de la station n’a pas été oublié pour autant, affirme-t-on au ministère du Tourisme. Tout au plus attendait-on la bonne conjoncture pour que cette station, qui doit, à terme, comprendre 25 000 lits, puisse trouver un aménageur digne de ce nom.
«Nous avons pris quelques mois avant de relancer Taghazout car il fallait arrêter les termes de la stratégie de mise en place sur le marché avec toutes les modalités de lancement de l’appel d’offres et de préparation du cahier des charges que cela induit», explique Jawad Ziyat, directeur des Aménagements et des investissements au ministère du Tourisme.
Le moment semble être arrivé. Le 17 mai prochain, un road-show est prévu pour présenter le site à quelque 200 investisseurs potentiels, aussi bien nationaux qu’étrangers. L’opération a pour objectif de présenter aux opérateurs les potentialités de la région afin qu’ils puissent s’organiser en consortium pour répondre à l’appel d’offres qui sera lancé dans le mois qui suit cet événement.
La convention imposera un rythme plus rapide aux travaux
«Les critères de sélection pour cet appel d’offres seront les mêmes que ceux des autres stations concédées mais avec un objectif de démarrage des travaux plus rapide, une fois la convention signée», souligne Jawad Ziyat.
Car il va falloir rattraper le temps perdu par le groupe Dalah Al Baraka. Taghazout, première station à avoir été concédée à un aménageur-développeur, se retrouve en effet à la traîne. Si les choses se passent comme prévu, une fois la convention signée, c’est-à-dire d’ici la fin de l’année, il faudra compter sur trois ans de travaux pour achever un projet dont le coût est estimé à 250 millions de dollars. Le premier hôtel ouvrira ainsi ses portes en 2009. «Cette station et celle de Saïdia représentent, en termes de volume, les plus grosses stations du Plan Azur. Taghazout viendra insuffler un souffle nouveau à Agadir qui a besoin de produits novateurs», commente M. Ziyat. Il faut dire que Taghazout est vendeur. Cette zone littorale constitue en effet un site en phase avec les nouvelles tendances du tourisme sportif international. La station a d’ailleurs été répertoriée et figure parmi les meilleurs sites du monde pour la pratique du surfing.
Plusieurs opérateurs, notamment espagnols et koweitiens, ont manifesté leur ambition de remporter l’appel d’offres. Côté marocain, la CDG, adossée à d’autres opérateurs, ambitionne également de faire partie du consortium retenu .