«Nous sommes sur un rythme d’ouverture de 500 000 nouveaux comptes par an»

La banque projette d’atteindre un encours de crédit immobilier d’un milliard de DH à  la fin de cette année n Les dépôts ont progressé de 13% en 2013 par rapport à  2012, à  34,1 milliards de DH. La banque postale a élargi son offre avec le produit d’assurance vie Rahma lancé en partenariat avec Wafa Assurance et un service de mobile banking, Barid Bank Mobile.

Après environ 4 ans d’exercice, Redouane Najm-Eddine, président du directoire, revient sur les réalisations d’Al Barid bank, héritière des services financiers de Poste Maroc. Pour lui, la banque joue un rôle complémentaire au niveau du secteur bancaire. Elle se veut un partenaire des autres établissements plus qu’un concurrent. Le président du directoire commente aussi les indicateurs de la banque postale en annonçant les perspectives de 2014.

Dans un contexte où l’assèchement des liquidités se confirme et la production de crédit régresse, comment Al Barid Bank s’est-elle adaptée pour être en phase avec les objectifs de son plan stratégique arrêté lors de sa création ?

La banque postale a été créée à l’origine pour servir une clientèle dont la majorité n’avait pas accès aux services bancaires. En ligne avec cette orientation majeure, Al Barid Bank a poursuivi ses efforts en 2013 pour faciliter la bancarisation et l’inclusion financière de la population à revenu modeste. A ce titre, la banque a mis sur le marché une gamme complète de produits simples et utiles, à une tarification accessible. L’extension du réseau a également été poursuivie, conformément à notre feuille de route. Tout ceci a permis à la banque d’être en phase avec ses objectifs notamment en termes de bancarisation, puisque nous sommes sur un rythme d’ouverture de 500000 nouveaux comptes par an.

Ce volume de nouveaux comptes créés a certainement impacté vos différentes rubriques d’activité ? Pouvez-vous nous dresser un aperçu sur vos indicateurs à fin 2013 ?

500 000 nouveaux comptes sont venus enrichir notre portefeuille en 2013, portant le nombre global de comptes à plus de 6 millions. C’est dire qu’un Marocain sur trois est bancarisé chez Al Barid Bank. Avec notre contribution, le taux de bancarisation est passé de 34% à la création de la banque à 54% aujourd’hui. Sur le volet des dépôts, nous avons fini l’année 2013 avec 34,1 milliards de DH  avec une progression de 13% par rapport à 2012. Nous avons ainsi plus de 4,75% des parts de marché sur les dépôts en général et 17,3% sur les comptes d’épargne spécifiquement. Je tiens à signaler à ce niveau que nous avons travaillé avec la CDG et le ministère des finances pour aligner le taux de rémunération des Comptes d’épargne nationale (CEN) avec le taux des comptes sur carnet. Chose en vigueur aujourd’hui pour l’ensemble de notre clientèle. Pour la rubrique des crédits, nous poursuivons nos efforts pour répondre aux attentes de notre clientèle en matière de crédit immobilier et de crédit à la consommation.

Pour le crédit immobilier l’offre a été lancée depuis environ deux ans et est aujourd’hui sur une bonne lancée. Nous projetons d’atteindre un encours d’un milliard de DH à la fin de cette année. A ce titre et en vue d’accélérer le développement de cette activité, des actions sont en cours pour mettre en place des partenariats avec les principaux acteurs du marché.

Qu’en est-il du résultat ?

A quelques jours de l’assemblée générale, je peux vous dire que nous réussissons à concilier notre mission de service public et l’impératif de résultat grâce à un modèle économique équilibré. La banque postale réussit à dégager des bénéfices en constante progression tout en s’acquittant de sa mission de bancarisation et d’inclusion financière des citoyens à revenus modestes, et en accompagnant les pouvoirs publics dans la réalisation de certaines  actions à caractère social telles que l’opération Tayssir.

Vous partez favori sur le comportement de la rubrique des dépôts, comment capitaliser sur cet avantage au niveau du marché alors que la course aux ressources s’accélère ?

En effet, nous jouissons d’une position confortable sur la rubrique des dépôts. Cette situation s’explique par notre portefeuille clients qui dépasse les 6 millions aujourd’hui, notre stratégie d’offre produit qui a favorisé la petite épargne, ainsi que l’extension continue de notre réseau d’agences. Ces ressources nous permettent à la fois d’assurer le développement de notre activité crédit et de contribuer à améliorer la liquidité du marché.

Vous travaillez votre compétitivité également par la monétique et les produits offerts à la clientèle. Comment vous vous positionnez sur ce volet au niveau du marché ?

Notre offre produit a été travaillée dans sa globalité depuis la création de la banque en 2010, de manière à permettre d’offrir aujourd’hui à notre clientèle une offre complète et conçue pour répondre à leurs attentes. Sur la monétique, en effet, notre bilan est plutôt positif: nous sommes premiers en matière d’émission de cartes prépayées et deuxièmes en termes d’émission des cartes monétiques avec plus de 2 millions de clients équipés. Al Barid Bank compte aujourd’hui plus de 600 GAB, soit le 4e réseau au niveau national. Et en 2014, nous attendons le déploiement de 100 GAB supplémentaires qui viendront élargir notre réseau de guichets. Nous pouvons également mentionner le lancement des packages qui nous ont permis d’améliorer l’équipement de notre clientèle, ainsi que le lancement récent de «Barid Bank Mobile» et du retrait sur GAB sans carte (le «cardless») qui nous permet aujourd’hui de prendre une longueur d’avance à la fois pour atteindre nos objectifs d’inclusion financière, pour apporter davantage de commodité et de qualité de service à notre clientèle, et pour consolider notre position sur le transfert d’argent.

Quelles sont selon vous les perspectives pour 2014 ?

Les innovations produit vont se poursuivre. Depuis le début de l’année 2014, Al Barid Bank a déjà mis sur le marché deux offres innovantes: le produit d’assurance vie Rahma lancé en partenariat avec Wafa Assurance, et notre offre de mobile banking, Barid Bank Mobile. Nous avons également déployé notre nouvelle offre de crédit à la consommation, Barid Salaf. Enfin, dans quelques semaines, et s’inscrivant dans la continuité de notre stratégie de rajeunissement de notre clientèle, nous lancerons une nouvelle offre d’épargne dédiée aux jeunes âgés de 18 à 25 ans. Le second semestre verra également le lancement de nouveaux produits innovants et toujours en complète affinité avec le profil et les attentes spécifiques de notre cœur de clientèle.