AMO : les industriels exigent l’éligibilité automatique des médicaments génériques au remboursement

Le régulateur promet de reconsidérer sa procédure de sélection des génériques remboursables. Les industriels se disent prêts à  payer 2 000 DH en une seule fois pour toutes les formes de présentation du médicament.

L’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) fera-t-elle marche arrière quant à l’application de la nouvelle procédure de sélection des génériques remboursables, consistant entre autres à faire payer aux fabricants 8 000 DH pour chaque forme de présentation de la spécialité ? Possible, selon certaines sources proches du dossier. Les industriels ont rencontré, la dernière semaine de décembre, les responsables de l’agence pour exprimer leur mécontentement quant aux nouvelles modalités de sélection des génériques pour le remboursement. Une procédure qui, selon eux, va à l’encontre de la stratégie du ministère de la santé qui vise une large accessibilité aux médicaments via le développement du générique. «Si la nouvelle procédure est appliquée, c’est la promotion du générique qui sera bloquée !». C’est en substance ce qu’ont dit les producteurs de génériques aux responsables de l’ANAM pour attirer leur attention sur «la gravité de [leur] décision». Pour certains observateurs, la mise en place de cette nouvelle procédure devrait aussi interpeller la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) qui a décidé, depuis deux ans, de ne distribuer que des génériques dans sa pharmacie. Restés injoignables, les responsables de la CNOPS ne se sont pas exprimés sur la question. En tout cas, rien n’est encore définitivement décidé et les deux parties, industriels et ANAM, ont mis de l’eau dans leur vin. En effet, lors de la réunion, l’agence a promis de revoir sa copie.

Ils poussent à la suppression de la commission de sélection

De leur côté, les industriels qui, courant décembre 2012, rejetaient catégoriquement la décision de l’ANAM, accepteraient éventuellement de verser 2 000 DH pour chaque spécialité, quelle que soit la forme de présentation du médicament. En revanche, ils refusent toujours de soumettre les génériques au même circuit que les princeps, notamment la constitution d’un dossier complet comme pour la demande d’une autorisation de mise sur le marché. Alors qu’en fait il ne s’agit que de l’accès au remboursement dans le cadre de l’AMO. Ils sont même pour la suppression de la commission de sélection et réclament l’automaticité du remboursement pour tous les génériques existant sur le marché. Dans l’attente de la réponse de l’ANAM, les industriels vont rencontrer, dans les prochains jours, le ministre de la santé pour lui exposer leur point de vue. Une autre problématique à résoudre pour El Houssein El Ouardi.