Amo : 5,3 millions de personnes couvertes après trois ans

La Cnops a inscrit 700 000 nouveaux assurés depuis l’entrée en vigueur du système, en janvier 2006.

Elle devient le premier assureur santé du pays, avec 5,7 milliards de DH remboursés en 3 ans.

La Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (Cnops) vient d’annoncer, pour la première fois, ses chiffres relatifs aux trois années de gestion de l’Assurance maladie obligatoire (Amo). Il faut préciser que, contrairement à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), pour qui le système est une nouveauté, notamment par la population couverte ainsi que par les prestations servies, à la Cnops il n’y a pas eu de grand changement dans la mesure où le panier des prestations est resté le même, tout comme le taux de prise en charge. De même, la population couverte n’a pas évolué, du moins dans un premier temps.

On retiendra deux éléments du bilan triennal. Le premier est que les ressources financières ont pratiquement doublé. Elles ont atteint 3,2 milliards de DH (cotisations salariales et patronales), dont 9,4% sont affectés aux huit mutuelles constituant la caisse. Selon les responsables, «ces ressources générées par l’entrée en vigueur de l’Amo constituent une manne financière qui évitera à la Cnops les déficits récurrents qu’elle enregistrait sous le régime facultatif».

Second élément, qui explique en fait le premier : 700 000 nouveaux assurés (indemnisés de l’IER, agents non titulaires, pensionnés) se sont ajoutés aux 2,5 millions gérés avant l’entrée en vigueur du nouveau système de couverture médicale, soit un total de 3,2 millions. La Cnops revendique ainsi la place de premier assureur du pays et de deuxième prestataire de soins, après le ministère de la santé, avec un remboursement de l’ordre de 5,7 milliards de DH, dont 3,3 milliards au profit de producteurs de soins et 2,4 milliards au profit des assurés.

La CNSS a accordé 4 prises en charge à l’étranger pour 2,7MDH
A l’instar de la CNSS qui couvre 2,1 millions d’assurés Amo, le gestionnaire de l’Amo pour les fonctionnaires du secteur public indique que les pathologies lourdes constituent le plus grand nombre de dossiers. Pour les huit premiers mois, 63 000 dossiers d’affections de longue durée (ALD) ont été traités.

Il est toutefois souligné qu’un seul assuré peut souffrir de deux pathologies lourdes.
De son côté, la CNSS a traité 71 028 de ces dossiers depuis janvier 2008. L’exonération du ticket modérateur mise en place par cette caisse pour les ALD a entraîné une hausse de la dépense et des remboursements. Le montant de la dépense concernant les ALD est ainsi passé de 18,4 MDH, à fin août 2007, à 41,9 millions, et les remboursements ont atteint 38,8 MDH, contre 12,1 millions une année plus tôt. Il faut retenir également que la CNSS a accordé quatre prises en charge à l’étranger pour un montant de 2,7 MDH.

Par ailleurs, il ressort des statistiques des deux caisses que ce sont les maladies cardiovasculaires qui représentent le gros des pathologies lourdes déclarées. A la CNSS, elles représentent plus de la moitié des dossiers traités contre 33,5% (21 101 assurés) à la Cnops. Outre les ALD, la CNSS a traité 66 460 dossiers de remboursement au cours des huit mois de l’année en cours, soit 318,7 MDH.

Pour les soins ambulatoires, la Cnops a traité 2,9 millions de dossiers sur la même période. Ces derniers sont en fait pris en charge par les mutuelles qui constituent cet organisme en vertu d’une convention de délégation signée entre les deux parties en novembre 2006.

Cette même délégation autorise également les mutuelles à proposer des produits complémentaires pour les assurés de la Cnops. Parmi les offres proposées par les mutuelles, on retiendra un remboursement de 16% des dépenses en médicaments, portant ainsi le taux de remboursement total à 86% ou encore un remboursement complémentaire de 20% pour la lunetterie, les soins dentaires, la biologie et l’orthodontie.