Altermed Maghreb, un nouveau fonds d’investissement démarre

Il est créé par la BCP et Viveris Management, filiale de la Caisse d’épargne et de la CDC (Caisse
des dépôts et consignation)

Ce fonds compte investir 230 MDH dans
15 PME à fort potentiel.

La BCP (Banque centrale populaire) s’associe au capital-risqueur français Viveris Management, filiale conjointe des groupes français Caisse d’épargne et Caisse des dépôts et consignation (CDC). Les deux institutionnels viennent de créer Viveris Istithmar, société qui sera le délégataire de Viveris Management pour la gestion du «compartiment marocain» du fonds d’investissement Altermed Global.

Les clients de la BCP, premières cibles du fonds
Doté d’un capital global de 100 millions d’euros (1,1 milliard de DH), ce véhicule d’investissement est structuré en quatre sous-fonds régionaux : Europe (France, Italie et Espagne), Machreq (Egypte et Turquie), APEF (Algérie, Tunisie et Libye) et Maghreb (Maroc). Dédié exclusivement au marché marocain, Altermed Maghreb compte investir 21 millions d’euros (près de 230 MDH) à travers une quinzaine de participations dans des PME locales à fort potentiel de croissance et au CA ne dépassant pas encore 450 MDH. La répartition du portefeuille cible est de 40% en capital développement et 60% en LBO – Leverage Buy Out (reprise d’entreprise avec levier d’endettement).

Installée à Rabat, Viveris Istithmar est contrôlée à 55% par Viveris Management et à 45% par la BCP. Elle sera présidée par Eric Schettini, président fondateur de Viveris Management et gérée par le duo franco-marocain Karim Benjelloun (ex-conseiller à la Primature) et Thierry Blondel. Une convention de co-investissement exclusif est prévue entre cette nouvelle structure et son actionnaire marocain en matière de sourcing et deal flow. Viveris Istithmar ciblerait donc en premier lieu la clientèle PME du groupe Banques populaires. Inversement, celui-ci sera le principal créancier des opérations de LBO réalisées par le gestionnaire pour compte d’Altermed Maghreb, qui nécessitent, outre la mise en capital, un important endettement bancaire.

Après avoir initié et participé, en un an, à la création de plusieurs fonds d’investissement (Igrane, Fonds d’investissement de l’Oriental, H. Partners, AM Invest Morocco…) la BCP confirme, par ce nouveau partenariat, ses ambitions pour le «private-equity» comme moyen plus dynamique que les bons du Trésor pour le recyclage de ses imposants excédents de fonds propres dans des placements plus rentables et moins tributaires de l’évolution des taux d’intérêt. Viveris Management gère près de 270 millions d’euros (3 milliards de DH)