Altadis lance de nouvelles marques

Après les Gauloises blondes en avril, Fortuna sera lancée le 1er juin, au prix de 20 DH.

Après les Gauloises blondes, lancées sur le marché début avril dernier, la Régie des tabacs s’apprête à commercialiser, à partir du 1er juin 2004, un deuxième produit du groupe Altadis, Fortuna. Comme pour les Gauloises blondes, Fortuna, importée directement d’Espagne, sera vendue sous deux variantes : une normale et une light. Mais à la différence des Gauloises blondes (25 DH), Fortuna sera mise sur le marché à 20 DH le paquet.
En élargissant son portefeuille à travers le lancement sur le marché marocain de produits phares du groupe (Gauloises blondes est présente dans 50 pays et fait partie du top ten des marques internationales, alors que Fortuna est la première marque en Espagne), la Régie des tabacs veut augmenter sa part de marché en récupérant notamment le segment des fumeurs qui lui échappent à cause de la contrebande. «Avec ces deux produits, en particulier, non seulement nous offrons plus de choix aux consommateurs, mais aussi nous leur redonnons du pouvoir d’achat puisque les prix des produits Altadis sont moins élevés que ceux de la concurrence étrangère», explique Jérôme Brun, directeur marketing à la Régie des tabacs.

Les cigarettes locales seront améliorées

Mais le cigarettier marocain – repris par le groupe franco-espagnol Altadis il y a moins d’un an, pour plus de 14 milliards de DH – n’entend pas en rester là. Selon Jérôme Brun, un plan de mise à niveau des produits fabriqués localement est en cours. Il vise à améliorer tant la qualité des ingrédients servant à la fabrication des cigarettes que l’emballage. Dans ce processus il sera tenu compte des analyses de laboratoire mais surtout de l’avis des consommateurs, comme le précise M. Brun.
Sur le plan marketing, d’importants moyens ont été mis en place dès novembre 2003, afin d’accompagner le lancement des marques Gauloises blondes et Fortuna, confie Markus Streit, directeur des ventes. Des profils pointus ont ainsi été recrutés et déployés sur les grands centres urbains comme Rabat et Casablanca, ainsi que dans les principales villes du Maroc, formant ce que l’on appelle dans le jargon du métier «la force de vente» de la Régie des tabacs. Cette force de vente, explique-t-on, est organisée en quatre régions de dix zones composées chacune de deux à six secteurs. Un directeur régional des ventes est à la tête de chaque région et pilote une équipe de superviseurs responsables de zones comprenant des promoteurs de ventes au niveau de chaque secteur.
La Régie des tabacs, à travers cette nouvelle organisation et la promotion des produits du groupe, veut, dès à présent, occuper efficacement le terrain, séduire la clientèle encore captée par la filière de la contrebande, et ceci dans l’objectif bien affirmé de mieux se positionner sur le marché, en perspective de l’ouverture à la concurrence prévue pour 2008