Al Omrane confie la commercialisation de ses logements au privé

La holding est en train de chercher un partenaire local. Century 21 semble
bien placé.
Des opérations pilotes démarreront en janvier 2008, une fois le contrat signé.

La commercialisation des logements et autres lots de terrain, aménagés ou construits par un établissement public, a toujours été problématique. Pour Al Omrane, on s’interroge ainsi sur les critères de commercialisation de ses produits et de ceux de ses filiales régionales (ex-Erac), et sur les modalités. A ces questions, le management de la société a trouvé une réponse: il est en train d’apporter les dernières retouches à  un accord de partenariat visant l’externalisation de la commercialisation des unités de logements produites par le groupe. «Aucun choix ferme quant à  l’opérateur – ou les opérateurs – n’a été fait. Les négociations avec différentes agences immobilières de la place sont à  un stade avancé», explique Nabil El Kardoudi, membre du directoire d’Al Omrane. Le protocole d’accord avec l’agence immobilière qui sera retenue devrait être signé avant la fin de l’année 2007. Des opérations pilotes seront ensuite menées par les deux parties pour tester les modalités de commercialisation. La commercialisation de ces projets immobiliers débutera en janvier 2008.

Pour le moment, des sources proches du dossier affirment que des discussions sont bien avancées avec Century 21, premier réseau mondial d’agences immobilières. Du côté de cette société, on reconnaà®t l’existence de ces contacts. «Nous nous réunissons régulièrement avec les responsables du groupe Al Omrane, mais aucune décision n’a encore été prise», a souligné, sans entrer dans les détails, Samir Benmakhlouf, DG de cette master franchise au Maroc.

Depuis le début de l’année, les ventes directes du groupe ont généré 1,6 milliard de DH
Parallèlement à  la recherche d’un partenaire, Al Omrane est en train de choisir les projets dont la commercialisation sera externalisée. «Ils seront situés dans de grandes villes du Royaume, là  o๠la demande est plus importante et là  o๠Al Omrane subit les plus fortes pressions», souligne un membre du directoire de l’établissement public, qui reste discret sur les marges bénéficiaires qui seront réservées à  l’agence immobilière. Cette externalisation entre ainsi dans le cadre de la modernisation des procédés commerciaux et marketing du groupe. C’est ainsi qu’une des clauses du contrat qui sera conclu portera sur un accompagnement dans ces domaines, précise en substance M. El Kardoudi.

Actuellement, la force de vente d’Al Omrane est composée d’une centaine de commerciaux, sur plus de 4 000 employés. Durant les dix premiers mois de l’année 2007, ils ont réalisé des recettes clients (ventes directes de logements résidentiels et de lots de terrain) dépassant 1,6 milliard DH.