«Intégrales de l’investissement» : la stratégie MRE à  l’étude

La Vè édition des «Intégrales de l’investissement» a démarré, jeudi 13 décembre, à Skhirat. Le millier de participants (hommes d’affaires, dirigeants d’entreprises, universitaires et hauts responsables) est invité à réfléchir aux enjeux du co-développement et à la contribution des Marocains résidents à l’étranger (MRE) au développement économique et social du pays. L’idée à la base de cette manifestation organisée par la Direction des investissements et qui sera clôturée ce vendredi 14 décembre est de «contribuer au débat national sur les différents rôles que sont appelés à jouer les compétences marocaines évoluant à l’étranger en s’inscrivant dans une large vision de développement économique du Maroc».
Le choix du canevas de réflexion n’est pas fortuit. Jusqu’à peu, le MRE n’était étudié que sous l’angle des transferts de ses économies. Aujourd’hui, avec la deuxième, voire la troisième génération, les rapports avec le pays d’origine ont changé. Si les MRE gardent un attachement pour leurs racines, beaucoup d’entre eux, en particulier ceux qui sont nés ou ont grandi dans le pays d’accueil, ne vivent plus dans l’espoir d’un retour définitif. D’où l’intérêt de les inviter à contribuer autrement au développement du pays. A cet égard, deux sentiers peuvent être défrichés : faire jouer à ces compétences établies à l’étranger un rôle actif pour une diplomatie économique plus efficace et créer un réseau d’opérateurs susceptibles de venir investir dans le pays. Les ressources ne feront certainement pas défaut. Au terme des dix premiers mois de l’année, les transferts MRE s’élèvent à 46 milliards de DH, en hausse de 16,6%, comparativement à l’égale période de 2006.