Aïn Sebaa : la façade maritime sera transformée

Pour en faire une promenade grand public, le nouveau plan prévoit plusieurs aménagements : élargissement et plantation de la voie côtière, parkings, mobilier urbain, accès à  la plage…De nouvelles zones résidentiel les R+3 et R+4 sont programmées pour remédier à  la vétusté du parc de logements.

Le nouveau plan d’aménagement d’Aïn Sebaa revoit le secteur de fond en comble. Au volet habitat d’abord, du fait que la majorité des constructions de la zone est vétuste ou dégradée (76,5% du parc logement est âgé d’au moins 34 ans), le nouveau document ouvre la voie à des programmes résidentiels intégrés. Une zone résidentielle B4 (immeubles R+4) est prévue parallèlement à l’élargissement des voies existantes reliant le nord et le sud d’Aïn Sebaâ. Aussi, une nouvelle zone d’immeubles orientés C3 et C4 (R+3 et R+4) est programmée. Vient ensuite, au sud de la voie ferrée, une zone d’habitat collectif E4 (R+4) avec toutefois le maintien de quelques poches de la zone villas existante.

Dans la foulée, le nouveau plan fait en sorte d’ouvrir une façade du secteur sur l’océan. Naturellement, cela nécessite au préalable une mise à niveau de la plage d’Aïn Sebaâ, laquelle fait l’objet actuellement d’une occupation anarchique entre unités industrielles, bidonvilles, dépôts, utilisation illégale du domaine public maritime… Au lieu de tout cela, le nouveau plan programme la mise en place d’infrastructures pour aménager une large promenade avec des vues sur l’océan. Le détail des aménagements inclut d’abord un élargissement de l’ensemble de la voie côtière qui devrait être plantée. Aussi, côté industries et showrooms de la voie côtière, un stationnement latéral, éventuellement une contre-allée, et des fronts bâtis requalifiés sont prévus. Côté océan, du mobilier urbain, des parkings et des accès à intervalles réguliers vers la plage sont programmés. Autre aménagement notable sur la route côtière, la réservation d’un site propre pour les transports collectifs pour limiter le trafic automobile, sachant par ailleurs qu’un itinéraire dédié aux poids lourds est aussi prévu. Reste le problème des anciennes unités industrielles dégradées que le nouveau document reconvertit prioritairement en zones d’activités tertiaires, bureaux ou commerces.

Déficit en équipements publics

Avec la valorisation de la façade maritime d’Aïn Sebaa, le grand apport du nouveau plan consiste à combler le déficit en équipements publics. Le secteur reste quasiment dépourvu d’équipements socioculturels destinés aux jeunes, à l’exception d’une colonie de vacances. De même, on ne recense que 4 centres de santé alors que le double est programmé dans les documents d’urbanisme. Toutes ces infrastructures devraient être réalisées sur des terrains accueillant actuellement des bidonvilles (regroupant 40% des ménages de la zone) qui devraient en théorie être libérés dans le cadre de l’action actuelle des pouvoirs publics.