AID AL ADHA : l’ONCF prévoit au moins 1.6 million de passagers

Environ 230 trains d’une capacité de 1 000 places chacun sont mis en circulation entre le 3 et le 13 novembre au lieu de 208 habituellement.

Une bonne dizaine de jours d’activité intense. C’est ce à quoi doit faire face l’Office national des chemins de fer (ONCF) qui, à l’occasion de Aïd Al Adha, doit répondre à une forte demande en transport. Et comme cette fête religieuse survient cette année au milieu des vacances scolaires, programmées du 4 au 13 novembre, l’affluence sera sans nul doute beaucoup plus importante. L’office prévoit ainsi des pics pour les journées du 3, 4 et 5 novembre pour l’aller et du 12 et 13 novembre pour le retour. Au total, ce sont au moins 1,6 million de voyageurs qu’il faudra transporter, à concurrence de 130 000 à 140 000 par jour. Par conséquent, ce sont 230 trains, voire plus, d’une capacité de 1 000 places chacun qui seront mis en service durant toute cette période. En temps normal, seuls 208 trains d’une capacité de 500 places environ transportent quotidiennement 70 000 à 80 000 personnes sur l’ensemble du réseau, dont une grande partie sur l’axe Casablanca-Rabat-Kénitra. De sorte à pouvoir gérer tout le flux additionnel et parer à toute éventualité, l’office a mobilisé une équipe de 3 000 personnes qui seront sur pied 24h/24, notamment dans les gares où les points de vente des billets seront augmentés, et les services de sécurité, de maintenance et d’assistance aux passagers renforcés.

Des guichets sont ouverts en dehors des gares

Pour limiter les risques d’engorgement, l’office a, cette année, pris l’initiative d’ouvrir des guichets en dehors des gares comme, par exemple, à proximité des facultés, et incite les voyageurs à prendre des billets aller-retour. On s’attend à l’ONCF à ce que le plus gros mouvement de voyageurs ait lieu le 13 novembre à l’occasion du retour. Le gros casse-tête pour les équipes, c’est que la demande pourrait se concentrer, ce jour-là, entre 12h et 17h. Il pourrait donc se poser des problèmes de gestion du flux sur certains axes, en particulier ceux où la filiale de transport par autocars, Supratours, est sollicitée.
L’office travaille actuellement pour améliorer ses services, nous dit-on, en généralisant le système de réservation mis en service depuis 2003 pour les voitures de 1ère classe, en attendant l’installation des guichets automatiques de vente de billets et l’achat par internet.