Aïd Al Adha : 7 millions de bêtes disponibles pour l’abattage, 5 millions seront sacrifiés

Les caprins constituent 8,4% des bêtes qui seront abattues.
Le ministère de l’agriculture assure que l’état sanitaire des bêtes est satisfaisant.
Le chiffre d’affaires potentiel est évalué à  7,2 milliards de DH.

D ans quelques jours, les moutons ne tarderont  pas d’envahir les points de vente des principales villes du pays en vue de l’Aïd Al Adha. Difficile pour le moment de spéculer sur le niveau des prix. En revanche, auprès du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, les disponibilités en ovins et caprins destinés à l’abattage sont estimées à 6,9 millions de têtes dont 4,3 millions mâles et 2,6 millions d’agnelles et de caprins. Cette offre devrait largement excéder la demande évaluée par le ministère à 5 millions de têtes, dont 4,6 millions d’ovins (4,1 millions mâles et 500 000 femelles) et 420 000 caprins.
Selon les statistiques officielles, la vente des animaux destinés à l’abattage permettra de dégager un chiffre d’affaires dépassant les 7,2 milliards de DH.

Veille sanitaire avant et durant la fête
Une grande partie de cette manne sera transférée en milieu rural, ce qui contribuera indubitablement à animer les activités économiques dans les différentes zones rurales du Royaume. Aïd Al Adha constitue en effet une occasion, pour les agriculteurs qui vivent essentiellement de l’élevage de petits ruminants, d’améliorer leur trésorerie. Il est indiqué que l’état sanitaire du cheptel ovin et caprin est «en général satisfaisant dans l’ensemble des régions du Maroc». Un tel résultat qui est le fruit notamment des mesures prises par le ministère à travers la réalisation des campagnes de vaccination contre les principales maladies contagieuses des ovins et caprins. Ces campagnes ont permis au titre de l’année 2009 de vacciner environ 23 millions de bêtes contre la peste des petits ruminants, environ 500 000 contre la clavelée au niveau des foyers déclarés de cette maladie et quelque 40 000 contre le blue tongue (maladie de la langue bleue).
Le ministère précise par ailleurs que des contrôles sanitaires vétérinaires seront effectués au niveau des points de vente autorisés par les autorités locales et une permanence vétérinaire sera assurée le jour de l’Aïd. Néanmoins, pour aider les ménages à faire le bon choix, les autorités ont rappelé quelques indices permettant de repérer les animaux malades : augmentation de la température, perte d’appétit, écoulements nasaux et oculaires, difficultés respiratoires, lésions buccales… Cependant, les risques sont minimes.