Fièvre aphteuse et risque sur l’humain: Ce qu’il faut savoir

Joint par La Vie Eco, Farid Amraoui, chef de division de la santé animale au sein de l’ONSSA donne des précisions sur le risque sur l’homme et le mode de transmission de ce virus.

La fièvre aphteuse existe. Mais, « elle ne se transmet pas à l’homme », tient à rassurer Farid Amraoui, chef de division de la santé animale au sein de l’ONSSA, contacté par La Vie éco. « C’est une maladie virale, qu’on peut qualifier de transfrontalière. Elle ne concerne que les animaux. Et, de manière particulière, les bovins», a-t-il précisé.

L’être humain n’en est concerné ni “par le contact direct ou ni par le biais de la consommation des produits issus des animaux : viande, lait, yaourt, etc. ”, a ajouté le docteur en réaction aux informations circulant sur la Toile appelant à cesser toute consommation viande, tant la blanche que la rouge.

Ce virus, “très contagieux entre animaux”, se transmet soit par contact direct “entre animaux malades et ceux sains” soit par “ l’homme, lui même”. En clair, par les moyens qu’il utilise au sein des exploitations : bottes, véhicules et tout autre matériel. “Le vent est un des vecteurs de la transmission du virus”, nous apprend Farid Amraoui.

Pour ce qui est des risques, notamment la mortalité des animaux. Le responsable nous a également précisé que “le taux de mortalité est, à présent, très faible”. Dans ce sens, il a également ajouté que “la campagne de vaccination se déroule de manière normale. Elle est assurée par des vétérinaires privés ainsi que ceux relevant de l’ONSSA”.