Des résultats rassurants suite au déficit pluviométrique

Il est actuellement de 49%. L’opération de distribution d’orge subventionnée a profité à 210000 agriculteurs et éleveurs pour un montant de 562 MDH. Une opération d’encadrement sanitaire pour 10 millions de bovins est dans le pipe.

La campagne agricole 2015/2016 a été fortement marquée par un retard des précipitations des pluies depuis le mois de novembre, touchant toutes les régions du Maroc et ayant enregistré un déficit pluviométrique de 63% par rapport à une année normale. Ce qui a affecté les cultures en zones bour au même titre que le couvert végétal. De plus, ce manque de pluies a exercé un impact négatif sur l’approvisionnement du cheptel en eau et en aliments en dépit d’une campagne céréalière record 2014-2015 ayant permis de constituer des stocks importants en aliments de bétail et de stabiliser les prix jusqu’au mois de décembre. Cela dit, l’activité agricole en périmètre irrigué se poursuit dans de bonnes conditions, avec toutefois une optimisation de l’utilisation des ressources en eau.

Compte tenu de la forte dépendance économique du pays de l’orientation de son secteur agricole, un plan de lutte contre les effets des retards des pluies a été mis en place en ce début d’année. Moyennant une enveloppe budgétaire de 4,5 milliards de DH, ce plan a été décliné en 3 axes d’intervention. Le 1er a trait à la sauvegarde du cheptel et vise à approvisionner en orge sur tout le territoire national, à un prix cible de 2 Dh/Kg. L’Etat prend également en charge le transport de l’orge subventionné depuis les centres relais. D’autres actions sont programmées comme l’abreuvement à travers l’aménagement et la construction de points d’eau ainsi que l’encadrement sanitaire du cheptel grâce au programme additionnel de vaccination. Il faut dire que le système national d’identification et de traçabilité animales, récemment mis en place par le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, appuie la réussite de cette opération à travers un ciblage des éleveurs bovins.

Il s’agit dans le 2e volet d’assurer l’irrigation des plantations sous régime pluvial entreprise dans le cadre des projets d’agriculture solidaire avec une superficie ciblée de 93 000 hectares. Une autre mesure consiste à sécuriser les semences en céréales pour la campagne prochaine grâce à un stock disponible actuellement de 950 000 quintaux et une production prévisionnelle de 1 million de quintaux. Le 3e axe, lui, concerne le maintien des équilibres dans le monde rural. Dans ce cadre, l’approvisionnement en eau potable des populations dans les zones reculées sera réalisé en priorité. Une attention particulière est accordée au suivi de l’exécution des projets de l’agriculture solidaire pour tout ce qu’ils représentent comme enjeux en termes de création de revenus et d’emplois.

Parallèlement, 1,25 milliard de DH seront mobilisés pour indemniser les agriculteurs sinistrés dans le cadre du produit multirisque climatique pour les cultures céréalières et printanières. Notons que l’assurance agricole a couvert cette année plus de 1 million d’hectares avec un capital garanti de plus de 1,1 milliard de DH

Environ 3 mois après le lancement de ce plan, le département de l’agriculture a dressé un premier bilan, assurant que le programme en question a produit des résultats satisfaisants. En effet, l’offre en composants d’aliments de bétail est garantie et les prix du cheptel sont stabilisés. D’autant que la situation hydrique s’est améliorée. Alors que le déficit pluviométrique était de 63% à fin janvier, il n’est plus que de 49% actuellement. Cette situation a donc favorisé la mise en place d’un programme de cultures printanières. Sur ce dernier point, le programme est réalisé à 67%, soit 263000 hectares sur les 400 000 ha prévus initialement.

Parallèlement, le budget consacré à la distribution de l’orge subventionné est fixé à 562 MDH pour un volume de 8 millions de quintaux et ce via 98 centres de relais contre 70 prévus au début. Cette opération est réalisée actuellement à hauteur du tiers et a profité à 210 000 agriculteurs et éleveurs.  En même temps, 4 millions de quintaux seront subventionnés au profit des éleveurs des bovins pour un coût de 400 MDH, au même titre que l’aménagement de 524 points d’eau et l’acquisition de 2700 citernes. Une autre opération et non des moindres, sera lancée le 20 avril courant et concerne l’encadrement sanitaire pour 10 millions de bovins dans les zones de l’Oriental et du Sud. L’Etat a ainsi débloqué un budget de 92 MDH destinés essentiellement à l’acquisition de produits vétérinaires et de vaccins.