Dattes : Bonne production dans la région de Drâa-Tafilalet

Avec une production de 120 000 tonnes (2021), la région pourra fournir des dattes en grandes quantités au cours des cinq prochaines années.

La situation générale par rapport à la production en dattes au niveau de la région de Drâa-Tafilalet peut être qualifiée de «bonne», malgré le faible niveau de précipitations enregistré ces dernières années. C’est ce que vient de déclarer à la MAP le chef du service de la production agricole et directeur adjoint de l’Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA) du Tafilalet, Daoud Fanissi. Grâce aux investissements mobilisés dans la filière phoenicicole à Drâa-Tafilalet et aux efforts déployés dans ce domaine, notamment au niveau de l’axe Meski-Boudnib, la production enregistre une augmentation constante, illustrée par les quantités de dattes de plus en plus importantes écoulées sur le marché, a-t-il expliqué.

Il a ajouté qu’entre 15 et 20% des fermes modernes de dattes sont entrées en phase de production, permettant ainsi de combler le déficit accusé au niveau des oasis traditionnelles qui ont souffert des conséquences de la sécheresse ces quatre dernières années, notamment la baisse des niveaux de la nappe phréatique et des retenues des barrages.

Selon la même source, la production en dattes dans la région de Drâa-Tafilalet a atteint les 120 000 tonnes en 2021, un résultat dû aux efforts importants fournis pour cette filière au niveau régional. Pour ce qui est du développement post-Covid de la phoeniciculture, cette pandémie a eu un impact sur cette filière, notamment sur le plan de valorisation et de commercialisation des dattes. Mais l’effort, qui est axé principalement durant cette période de post-Covid sur l’organisation des agriculteurs, commence à donner ses fruits, notamment en matière de développement des unités de stockage dans la région. La région compte 13 unités de conditionnement et de stockage de dattes, d’une capacité de plus de 4 000 tonnes pour le stockage et de plus de 10 000 tonnes pour le conditionnement, ce qui permet d’approvisionner d’autres marchés en fruit de bonne qualité.

«Nous constatons que les investisseurs ont commencé à organiser le travail de leurs unités de stockage, ce qui est de grande importance pour cette filière», a fait observer M. Fanissi, ajoutant que les efforts déployés à plusieurs niveaux visent à valoriser les dattes et à accéder aux marchés, grâce à un produit de qualité, ainsi qu’à exporter vers d’autres pays, d’autant que avec l’entrée de nombreuses fermes modernes en phase de production contribuera à atteindre cet objectif.

Cette situation permettra de fournir des dattes en grandes quantités au cours des cinq prochaines années, d’en exporter une partie importante et de réduire les quantités de dattes importées de l’étranger. M. Fanissi s’est dit, par ailleurs, très optimiste quant à la production de dattes à Drâa-Tafilalet, surtout avec les investissements réalisés dans la région, qui sont encouragés à travers, notamment, les aides de l’État visant l’intensification de l’investissement dans cette filière avec un plafond de 35 000 DH par hectare. «On s’attend à une augmentation de la production au cours des prochaines années, en raison de la réglementation adoptée dans le secteur, ainsi qu’à une plus grande organisation, en termes de qualité et de conditionnement de dattes destinées au marché national et à l’exportation», a-t-il relevé. Il est possible ainsi d’assurer l’autosuffisance nationale en ce produit, réduire les importations et approvisionner les marchés internationaux des dattes aux caractéristiques particulières.