Alerte à la menthe contaminée : les explications de l’ONSSA

La Vie éco a sollicité, jeudi 30 mai, l’ONSSA au sujet de la menthe contaminée. Voici ses explications reçues par écrit. L’office insiste sur le fait que  les résultats obtenus ne peuvent être généralisés à toute la production mise sur le marché sachant qu’il s’agit d’un de contrôle ciblant les zones soupçonnées.

« Le plan de contrôle national relatif à la sécurité sanitaire de la menthe est mis en œuvre dans les principales régions productrices de la menthe à savoir la région de Rabat-Kénitra, Tanger-Tétouen-Al Houceima, Casa-Settat, Souss-Massa, Marrakech-Safi et Fès-Meknès.

A ce sujet, « il y a lieu de noter que l’ONSSA met en œuvre annuellement des plans de surveillance au niveau des circuits de distribution sur la sécurité sanitaire des produits végétaux primaires notamment les fruits et légumes et les aromates et ce dans toutes les régions du Royaume.

« Ces plans qui ciblent les fruits et légumes et aromates de large consommation pendant les périodes de production et de commercialisation de chaque produit constituent l’élément déclencheur principal des plans de contrôle », ajoute l’ONSSA.

« Les résultats des derniers plans de surveillance de la menthe ont montré des non-conformités liées à l’utilisation des produits non homologués sur cette culture. Par contre, les résultats concernant les autres produits ont des non-conformités qui restent acceptables par rapport à l’utilisation des pesticides.

« A cet effet, l’ONSSA a mis en place un programme de sécurité sanitaire de la menthe dont les principales composantes sont la sensibilisation des producteurs, la diffusion des capsules de communication dans les masses médias sur les bonnes pratiques phytosanitaires, et le contrôle des résidus des pesticides par le prélèvement des échantillons.

« Pour pallier au problème de la traçabilité des produits alimentaires au niveau du marché du gros et pour la première fois, l’ONSSA a procédé au prélèvement des échantillons directement chez les agriculteurs producteurs de la menthe.

« Les résultats d’analyse des échantillons ont révélé des non-conformités liées à l’utilisation des pesticides non homologués sur la menthe dont la présence n’est pas tolérée même à l’état de trace. A cet effet, des PV d’infraction ont été dressés à l’encontre des contrevenants et sont transmis au parquet. Aussi, l’ONSSA avec l’appui des autorités locales a procédé à la destruction des récoltes au niveau des parcelles concernées.

« Il importe de préciser que les résultats obtenus ne peuvent pas être généralisé à toute la production de la menthe mise sur le marché étant donné qu’il s’agit d’un de contrôle ciblant les zones soupçonnées.

« Il y a lieu de signaler que la culture de la menthe à l’instar de toutes les cultures subit des dégâts causés par les insectes ravageurs, les maladies et les mauvaises herbes. A cet effet, l’utilisation des pesticides est parmi les moyens de lutte pour limiter ces dégâts qui peuvent atteindre des seuils économiques importants. Toutefois, les agriculteurs doivent utiliser les produits homologués sur ladite culture et ce conformément à la réglementation en vigueur.

« Dans sens, il y a lieu de préciser que l’utilisation raisonnée des pesticides en respectant les bonnes pratiques phytosanitaires ne constitue pas un risque pour la santé humaine, animale et pour l’environnement.

« L’objectif de ces actions est la protection du consommateur en améliorant la sécurité sanitaire des produits mis sur le marché et faire respecter les dispositions réglementaires en matière d’utilisation des pesticides. L’ONSSA surveille de très près la situation sanitaire des produits végétaux primaires et des plans de contrôle à l’instar de celui de la menthe seront lancés si c’est nécessaire.

« Dans l’objectif de garantir la mise sur le marché de produits sûrs, l’ONSSA poursuivra la mise en œuvre du programme initié sur la sécurité sanitaire de la menthe et mettra en place tous les moyens pour protéger le consommateur.