Agriculture : un zoopole et un laboratoire d’analyse dans la région de Casablanca

Le nouveau laboratoire réalisé pour un investissement de 57 MDH appuiera l’ONSSA dans sa mission dans le domaine de la sécurité des produits alimentaires et la santé animale et végétale.

Bouskoura accueille deux infrastructures majeures pour le secteur agricole. La première consiste en un nouveau Laboratoire régional d’analyses et de recherches de Casablanca-Ain Jemaa, inauguré en milieu de semaine par le Souverain.

Cette structure relevant de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), édifiée sur une superficie de 6147 m2, a mobilisé une enveloppe budgétaire avoisinant 57 MDH. Conçu conformément aux normesinternationales en vigueur, le laboratoire d’Ain Jemaa fournira aux inspecteurs de l’ONSSA les informations analytiques nécessaires pour mener à bien leurs missions dans le domaine de la sécurité sanitaire des produits alimentaires et de la santé animale et végétale. L’établissement travaillera en parfaite coordination avec le réseau des laboratoires régionaux et nationaux de l’office au nombre de 10, répartis à travers le territoire national.

La deuxième structure inaugurée consiste en un zoopole offrant un centre technique interprofessionnel pour le développement des filières animales. Construite et équipée par le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, elle occupe une superficie totale de 66 200 m² pour un coût global de près de 58,2 MDH. Réalisé dans le cadre des contrats-programmes conclus avec les interprofessions du lait, des viandes rouges et avicole, le zoopole d’Ain Jemaa devrait remplir sa mission à travers la formation, l’apprentissage des métiers, l’information, l’encadrement, la recherche appliquée, l’amélioration de la qualité des produits, l’accompagnement et l’orientation des porteurs de projets. Le zoopole est scindé en deux parties. La première comprend un espace commun accueillant le Centre de formation agricole (CFA) doté de divers équipements (salle de conférence, salle de documentation, dortoirs…). La deuxième partie englobe trois espaces dédiés à chaque interprofession (avicole, lait et viandes rouges). Chaque secteur dispose de tout l’équipement nécessaire (couvoir, des bâtiments d’élevage, un abattoir, salle de communication, salle de traite, étable, laboratoire, salle de charcuterie…), étant à préciser que 9,5 MDH du budget global ont été employés à la seule acquisition du matériel.

La gestion du zoopole sera transférée aux interprofessions, organisées en Association marocaine pour la gestion du zoopole (Amazo), dans le cadre d’une convention de partenariat entre le ministère et cette association et fixant les engagements de chaque partie. Cette convention prévoit la gestion du centre de formation agricole par la tutelle qui nommera un directeur pédagogique et assurera la formation initiale et la formation continue dans le domaine des productions animales selon les besoins des professionnels. Les parties spécifiques seront gérées par les interprofessions et seront utilisées comme plate-formes pour développer de nouveaux produits et processus technologiques, pour améliorer la qualité des produits et pour assurer la formation des métiers dans le domaine des productions avicoles, laitières et viandes rouges.