Agriculture : les mesures d’accompagnement annoncées par Akhannouch

Lors de la rencontre du Comité gouvernement-interprofessions du secteur agricole, tenue le 18 octobre à Marrakech, le ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch a décliné le rôle des services ministériels concernés dans l’accompagnement de cette mesure. Ces derniers inventorieront les terres à mobiliser, identifieront leurs capacités et la nature des cultures qui puissent y être implantées, ainsi que leur adéquation aux régions où ces terres se situent, et étudieront les moyens de financement et d’accompagnement adéquats des projets qui y seront menés.

Le palais des congrès de Marrakech a abrité jeudi 18 octobre une rencontre autour des horizons de développement du secteur agricole, tenue sous le thème « l’agriculture, levier de promotion de l’emploi et de prospérité du monde rural ». Présidée par Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, l’événement intervient pour « émettre des propositions concrètes en vue de relever les multiples enjeux et défis en faveur du développement socio-économique du monde rural, particulièrement chez les jeunes »,  a déclaré le ministre dans son allocution d’ouverture.

Cette rencontre du comité gouvernement-interprofessions du secteur s’est déroulée à l’heure où la réflexion est entamée autour des nouveaux défis, à leur tête l’employabilité, le développement du monde rural et le soutien à l’émergence d’une classe moyenne agricole. « L’appel de Sa Majesté pour la mobilisation d’un million d’hectares supplémentaires de terres agricoles est la preuve de la nécessité d’offrir de meilleures possibilités pour l’investissement dans le monde rural, et l’attraction de nouvelles catégories surtout parmi les jeunes », a poursuivi M.Akhannouch, en précisant que dans ce cadre, l’ensemble des services ministériels concernés se pencheront sur la mise en oeuvre des mécanismes nécessaires pour accompagner cette mesure. Ces derniers inventorieront les terres à mobiliser, identifieront leurs capacités et la nature des cultures adéquates et étudieront les moyens de financement et d’accompagnement adéquats des projets qui y seront menés.

Le ministre a également assuré que son département était appelé à renforcer les capacités des agriculteurs, en les encourageant par exemple à adhérer à des organismes professionnels et à des coopératives et en leur donnant accès à la formation, parmi tant d’autres mesures qui puissent préparer à l’émergence et au renforcement d’une classe moyenne agricole. Il a par ailleurs rappelé l’exigence de formuler des solutions efficaces à certaines problématiques relatives à l’organisation des marchés, à la transparence dans les opérations de commercialisation et au soutien des acquis du secteur.

L’événement constitue aussi la première étape de l’évaluation du Plan Maroc Vert à deux années de son échéance, et sera suivie d’autres rencontres pour traiter les dimensions régionale, territoriale et thématique où il est question de dresser un bilan des réalisations, d’examiner l’évolution des performances du secteur et son impact sur les différents indicateurs sociaux et économiques, indique le ministère de l’Agriculture. C’est également la première réunion des grands acteurs du secteur depuis le discours de SM le Roi Mohammed VI lors de l’ouverture de la dixième législature, où l’agriculture et son rôle ont occupé une place importante.

La rencontre a connu la présence du président de la Fédération Nationale des Chambres d’Agriculture, Lahbib Bentale, du président de la Confédération Marocaine de l’Agriculture et du Développement Rural (COMADER), Ahmed Ouayach, des présidents de chambres d’agriculture ainsi que ceux des interprofessions agricoles. elle s’est déroulée également en présence des représentants des départements ministériels, des établissements et partenaires financiers et responsables centraux et régionaux du ministère.