Afriquia SMDC : tolérance zéro sur la qualité

De l’approvisionnement dans les pays d’importation au ravitaillement des stations-service, le dispositif de contrôle de la qualité est verrouillé à  tous les niveaux. Même avec une capacité de stockage de 980 000 m3, une flotte de 200 camions citernes et plus de 450 stations-service, la société veut rester infaillible.

Disposer du premier dispositif de stockage de carburant est certes un atout, mais il est loin d’être une source de répit pour tout pétrolier marocain. C’est en tout cas ce que l’on peut déduire de la présentation, la semaine écoulée, par Afriquia SMDC de son dispositif de qualité. Important une grande partie des produits distribués sur le marché, l’opérateur se retrouve confronté à l’obligation d’appliquer un processus de contrôle qualité infaillible en vue de tenir son engagement du «100% garantie». Ceci est d’autant plus important que la société prévoit une augmentation de ses importations de carburant, et ce, dans l’objectif de gagner en indépendance en matière d’approvisionnement. «Le processus qualitatif intègre deux volets. Le premier est réglementaire, imposé par les autorités de tutelle, tandis que le second, plus consistant, est issu des exigences propres fixées par l’entreprise», souligne Mohamed Abou El Ouafa, directeur qualité chez Afriquia SMDC. C’est ainsi que la chaîne de valeur en totalité est passée au crible par les experts en vue d’assurer l’approvisionnement du marché en carburant de qualité.

Le dispositif de contrôle est régulièrement passé au crible par des experts mandatés

Mais il faut dire que le processus est loin d’être une partie de plaisir, car le dispositif de contrôle comprend plusieurs étapes, à commencer par l’approvisionnement. En effet, la réglementation marocaine impose aux importateurs d’hydrocarbures la certification des produits avant le déchargement au niveau des ports. Pour le cas d’Afriquia, un premier contrôle est effectué à l’embarquement de la marchandise dans le port de provenance par des experts sur place, avant un deuxième précédant le déchargement. Le fait que les importations sont souvent effectuées des pays plus exigeants en matière réglementaire réduit toutefois la complexité du travail. Par exemple, il suffit de citer la teneur en soufre du gasoil qui est quasiment tout le temps inférieur aux exigences propres du Maroc. «Afriquia exige de ses fournisseurs du gasoil 10 PPM au lieu des 50 réglementaires», précise le management de la société. 

Au niveau du stockage, le dispositif permet de s’assurer de la préservation de la bonne qualité du carburant stocké à travers un contrôle régulier des bacs. Il y a lieu de rappeler à ce niveau qu’Afriquia dispose de 7 centres de stockage avec une capacité totale de 980 000 m3. L’ensemble du personnel des dépôts se voit donc impliqué dans les contrôles qui concernent, en plus des conditions de stockage, l’intégrité et la conformité du carburant avec les normes nationales. Le transport en camion citerne, la livraison en station ou encore le dispositif d’alimentation des réservoirs des voitures sont également passés au crible par les experts engagés par la société, et ce, en vue de s’assurer du respect des exigences qualitatives fixées par l’entreprise. Les gérants des stations- service de l’enseigne Afriquia sont ainsi impliqués dans le processus, avec notamment des cahiers des charges bien définis.