Afrique de l’Est, une région à fort potentiel commercial

Les échanges avec les pays de cette région totalisent moins de 2 milliards de DH en 2015.

BMCE Bank of Africa (BBOA) et l’Association marocaine des exportateurs (Asmex) viennent d’organiser un séminaire consacré à l’étude des opportunités d’affaires en Afrique de l’Est. Plantant le décor, Brahim Benjelloun Touimi, administrateur directeur général de BBOA, soutient que les économies de cette région sont très dynamiques. La croissance y frôle les 6,5%, soit le double de la moyenne du continent. Tout aussi important, «cette région où la croissance démographique demeure forte, et où les ressources naturelles sont abondantes, compte 252 millions d’habitants et un PIB de 230 milliards de dollars, soit 20% de la population et 10 % du PIB du continent», souligne Yacine Fal, représentante résidente de la BAD au Maroc. Et ce n’est pas un hasard si les IDE y ont été multipliés par 4 en moins de dix ans «grâce à l’investissement public volontariste en infrastructures, le climat des affaires de plus en plus favorable et la qualité des réformes engagées», remarque le représentant du cabinet Atlas capital. Mieux encore, les 6 pays de la communauté de l’Afrique de l’Est (Kenya, Rwanda, Burundi, Ouganda, Tanzanie, Soudan du Sud) désirent évoluer très rapidement vers une zone économique et monétaire commune.

Selon une étude de la BAD, la complémentarité de l’offre exportable du Maroc est plus avérée avec les Etats de cette région qu’avec ceux de l’Afrique centrale et de l’ouest. Reste que les échanges avec cette zone sont limités. En 2015, il n’ont pas dépassé 2 milliards de DH (0,3% du total) avec un taux de couverture de 900 % en faveur du Maroc.

Cela dit, les experts estiment qu’il ne faut pas se limiter à une simple démarche commerciale, mais d’envisager des investissements permettant un rapprochement économique, diplomatique et humain. Pour ce faire, les opérateurs marocains peuvent s’appuyer sur les acteurs financiers déjà présents et les multiples incitations à l’investissement proposées par ces pays.