Special aéroports : Progression du trafic aérien et hausse des recettes touristiques

L’aéroport international Mohammed V de Casablanca a accaparé plus de 47% du trafic aérien au cours de l’année 2016. Des performances touristiques jamais égalées sont enregistrées en termes de recettes pour les derniers mois de l’année 2016.

Le trafic aérien a enregistré une amélioration au titre de l’année 2016, selon les dernières données de l’Office national des aéroports (ONDA). En effet, les différents aéroports du Royaume ont cumulé un trafic global de 18,2 millions de passagers, soit une hausse de 3,58% comparativement à la même période en 2015. Dans ce cadre, l’aéroport international Mohammed V de Casablanca se taille la part du lion en enregistrant le taux le plus élevé du trafic avec 47% du total des passagers ayant transité par les aéroports nationaux. Cette dominance est due au nombre des passagers ayant transité par l’aéroport Mohammed V, qui s’est établi à 8 616474 passagers sur quelque 18 237 272 voyageurs dans l’ensemble. Le trafic aérien a enregistré une hausse significative de 5,36% en 2016 au niveau de l’aéroport de la métropole économique par rapport à l’année précédente (8 178031 passagers).

En décembre dernier, la première entrée de touristes dans le pays a accaparé une part de 48,24% du total des passagers de tous les aéroports du pays, soit 733 104 passagers sont entrés par la ville blanche. L’aéroport de Marrakech, lui, a affiché 328 433 et 70 704 passagers pour l’aéroport de Tanger Ibn Bettouta, soit seulement 5% du total des passagers. Notons que la capacité actuelle est de 1,5 million de passagers et n’a pas encore été atteinte. L’aéroport accueille actuellement à près de 900000 passagers par an.

Toutefois, les récentes annonces de plusieurs lignes dont celles devant connecter Tanger avec Paris et Malaga, par l’opérateur Air Arabia, semblent redonner confiance à cette plateforme. De nouvelles lignes aériennes devraient être annoncées en 2017 ; les opérateurs profitent ainsi de la vague industrielle que connaît la ville du détroit. Grâce au développement du tourisme d’affaires, l’ONDA a prévu d’atteindre le million et demi de passagers pour 2017.

En parallèle, on note des performances touristiques jamais égalées en termes de recettes pour les derniers mois de l’année 2016. A fin novembre, il s’agissait de 59,5 milliards de dirhams avec une prévision de 63 à 64 MMDH pour l’ensemble de l’année 2016, alors que 2015 s’est soldée par un chiffre d’affaires de 58,5 MMDH. En effet, la dernière semaine des fêtes a connu un taux de remplissage très satisfaisant des hôtels classés, compris entre 70 et 90% pour certains établissements de Marrakech, engendrant par là un trafic international important. La ville d’Agadir a, quant à elle, connu un remplissage optimal bien avant la dernière semaine des fêtes avec des arrivées massives d’Allemands, de Russes et de Marocains. Novembre et décembre traditionnellement moyens en termes d’affluence, ont pu se distinguer cette année. En effet, novembre a été un mois remarquable avec 33% de nuitées supplémentaires à Marrakech, plus de 16% à Agadir, et 16,5% à Casablanca par rapport à la même période l’année d’avant. La raison à cela : l’effet Cop 22 qui a relancé la reprise des arrivées et des nuitées. Par ailleurs, une augmentation a été constatée ces derniers mois des marchés allemand, espagnol, belge, américain (+9%), du Moyen-Orient (+10%) et africain (+10%), sans parler des marchés russes et chinois qui explosent. On constate ainsi une consolidation sur les marchés émergents et de niche.  Bien que la Chine et la Russie affichent des petits volumes en termes d’arrivées, la croissance des visiteurs russes est au rendez-vous grâce aux actions agressives entreprises dans ce pays (promotions, salons et conventions). La suppression de l’obligation des visas marocains a permis d’engranger une croissance éloquente, passant de 7000 visiteurs en 2015 contre 22000 en 2016. Toutefois, la réalisation des ambitions légitimes du secteur ne pourra réellement se faire que grâce à des lignes directes qui vont pousser d’autres compagnies aériennes à desservir le pays.  Le Maroc pourrait alors atteindre 100 000 clients chinois grâce aux compagnies du Moyen-Orient comme Etihad qui reliera en mars Casablanca aux hubs de Dubai et de Doha avec ses Airbus A380. La multiplication des dessertes au Maroc permettra d’atteindre ces objectifs en travaillant avec les compagnies aériennes de Turquie, de France ou du Golfe. Par ailleurs, notons que la part de marché des membres de l’Organisation arabe du transport aérien (AACO) du transport aérien international est aujourd’hui évaluée à 1215 appareils opérés dont la moyenne d’âge est de 7 ans, en hausse de 14,3%. En 2015, les membres de l’Organisation arabe du transport aérien ont transporté 194,6 millions de passagers, soit une augmentation de 5,7% en comparaison avec 2014. La croissance du fret est tout aussi intéressante. Une augmentation de 23,6% est enregistrée en 2015.