Special aéroports : L’ONDA résolument engagé dans la protection de l’environnement

L’office a inscrit, depuis quelques années, la dimension environnementale parmi ses priorités. Sa vision reste conforme aux décisions collectives prises à l’échelle internationale.

La protection de l’environnement est aujourd’hui l’une des priorités stratégiques du transport aérien à l’échelle mondiale. Au Maroc, l’ONDA entend s’intégrer de manière globale et volontaire dans ce processus. Ainsi, il a intégré le volet environnemental de l’ensemble de ses activités parmi ses priorités. Cet engagement se traduit par la prise en considération de l’efficacité énergétique dans ses activités depuis la conception jusqu’à l’exploitation. Les nouveaux terminaux des aéroports sont conçus avec une architecture moderne privilégiant un éclairage naturel grâce à la présence de façades vitrées. De même, il a été procédé à la mise en place d’un système de management environnemental (SME) afin de réduire et maîtriser les impacts de l’activité sur l’environnement.

C’est ce qui caractérise la politique environnementale de l’ONDA. En effet, elle repose sur plusieurs axes comme l’écoconception aéroportuaire, l’amélioration de l’efficacité énergétique, la limitation des nuisances sonores, la surveillance de la qualité de l’air, la gestion rationnelle de l’eau et le renforcement des énergies renouvelables. En outre, l’office veille à intégrer progressivement toutes les parties prenantes à son activité aéroportuaires par le biais d’études d’impact sur l’environnement, du développement des paysages et de la gestion des déchets.

L’ONDA a inscrit les aéroports de Casablanca et Marrakech dans l’Airport Carbon Accreditation (ACA). Ce programme permet aux aéroports du monde entier de mesurer leur empreinte carbone et surtout de mettre en place des programmes de réduction drastique de leurs gaz à effet de serre, selon 4 niveaux différents (cartographie, réduction, optimisation et neutralité). Les deux aéroports ont ainsi obtenu, le 1er novembre 2016, le certificat d’accréditation Carbone ACA niveau 1.

Pour les années à venir, l’ONDA envisage d’étendre ce programme aux aéroports de Fès, Agadir et Rabat en 2017, d’Oujda et de Tanger en 2018. L’objectif  étant d’atteindre, au terme du processus, la neutralité carbone (niveau 3+) à moyen terme pour les principaux aéroports.

Ce projet s’inscrit dans une perspective de développement durable et permet d’anticiper et de maîtriser les impacts environnementaux des différentes activités aéroportuaires. Les aéroports de Casablanca, Marrakech, Agadir, Rabat, Fès, Oujda, et Tanger sont certifiés ISO 14001 V 2004. Par ailleurs, le lancement du projet de mise à niveau des Systèmes de Management Environnementaux des aéroports selon les exigences de la nouvelle version (2015) de la norme ISO 14001 est en cours de lancement.

Dans l’optique d’élargir cette expérience sur toutes les plateformes nationales, le SME sera mis en place aux niveaux des Aéroports Nador Al Aroui et Ouarzazate.

Sur le plan de la navigation aérienne, le pôle de la navigation aérienne a mis en place des procédures spécifiques pour réduire la pollution . D’abord, les «Opérations en descente continue» permettant  à court et long termes d’atteindre plusieurs objectifs, notamment la réduction de la consommation de carburant des aéronefs, pouvant aller de 8 % à 10 %, ce qui a un impact considérable sur la réduction des émissions CO2, la réduction des émissions sonores de 2 à 9 db, et 23 à 42% de réduction dans les zones  affectées par le bruit lié aux départs; la réduction du bruit de 3 à 12 db, et 8 à 36% de réduction dans les zones de contour de bruit sur l’approche ; les réductions de 35% de CO2, HC et de NOX et des économies de carburant allant de 50 à 1000 livre par atterrissage ; la réduction de 90 à 630 kg de CO2 et économie de 60 à 440 de livre de carburant par départ.

Ensuite les «Routes Directes et Espaces Free Route» permettant à court et long termes des réductions mensuelles des émissions de CO2, de plus de 2500 tonnes, une réduction émissions des gaz à effet de serre de -3% et une réduction du temps de vol d’environ plus de 2,5 min/vol. Sur le plan aéroportuaire, De multiples actions ont été mises en place sur différentes plateformes aéroportuaires afin d’optimiser leur efficacité énergétique. On peut citer, entre autres, le remplacement progressif des ampoules par des lampes à basse consommation (à LED) et ce dans l’ensemble des plateformes aéroportuaires ou encore les actions entreprises en faveur du développement de l’efficacité énergétique au Maroc avec l’étude thermique du terminal 1 de l’aéroport de Marrakech (choisi comme site pilote de la coopération ONDA – EDF – ADEME).

En effet, l’ONDA et EDF (producteur et fournisseur d’électricité français), ont collaboré pour la mise en place d’une démarche globale d’amélioration de l’efficacité énergétique des aéroports internationaux du Maroc visant ainsi à favoriser un basculement vers une Economie neutre en carbone. EDF a ainsi développé une méthodologie innovante permettant d’améliorer l’efficacité énergétique des aéroports internationaux marocains. Cette méthodologie permet d’optimiser à coûts maîtrisés le confort thermique des occupants en fonction de la consommation énergétique. L’étude menée par EDF préconise des améliorations qui permettent d’assurer le confort thermique sur toute l’année tout en réduisant de 35 % la consommation électrique en chauffage et en climatisation. L’empreinte carbone serait ainsi réduite de 160 tonnes CO2/an. L’ONDA projette de généraliser cette démarche à l’ensemble des aéroports du Maroc et de la partager avec les aéroports africains partenaires.