Le repreneur de Bombardier sera connu dans trois semaines

Moulay Hafid Elalamy, ce lundi 6 mai à Casablanca, a fait savoir que Bombardier a lancé un appel d’offres pour qu’un sous-traitant reprenne ses activités aéronautiques au Maroc.

« J’ai lu que Bombardier quitte le Maroc. C’est légitime mais c’est faux », a déclaré Moulay Hafid Elalamy, ministre de de l’Industrie, de l’Investissement, du commerce et de l’économie numérique, lors d’une conférence de presse, ce lundi 6 mai à Casablanca, au sujet du « retrait » du constructeur aéronautique canadien du Maroc. « Bombardier cède ses activités à un sous-traitant. C’est un transfert. Cela se fait dans tous les métiers et dans tous les pays. C’est le droit de chaque opérateur », a-t-il développé.

En effet, le constructeur canadien a décidé de sous-traiter ses activités, non seulement à Casablanca mais aussi à Belfast. « La décision est d’arrêter la construction du jet 85, parce qu’il coûtait trop cher en termes de recherche et développement… pour se recentrer sur l’aviation d’affaires », a expliqué le ministre de l’industrie.

Un repreneur, c’est dans « trois semaine ».

Pour céder ses activités au niveau des deux plateformes, Bombardier a préparé un appel d’offres, « auquel des sous-traitants vont soumissionner en vue de les acheter. Parmi ces acheteurs potentiels, de grands groupes internationaux, dont  Airbus et le britannique Spirit », a-t-il fait savoir. Et de révéler que le repreneur sera connu dans « au plus tard, trois semaines ».

Selon lui, « le Maroc  ne perd rien de ce qu’il a », a-t-il rassuré.  Et d’ajouter que « la plateforme Maroc est la plus compétitive dans son (Bombardier, NDLR) patrimoine, et donc l’objectif est de la développer ».

Dans ce sens, Moulay Hafid Elalamy a fait savoir que des projets de développement seront révélés dans quelques semaines, au sujet de cet écosystème aéronautique.

Rappelons que l’écosystème Bombardier de Casablanca emploie 400 personnes. Selon le ministre de l’industrie, il a réalisé « un taux d’intégration de 34%, qui est supérieur aux attentes ». S’agissant de l’écosystème ferroviaire de Bombardier, lui, ne connaîtra aucun changement.

 

Conférence. Perspectives de développement de l'usine Bombardier de Casablanca. Présents : Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'industrie, de l'investissement, du commerce et de l'économie numérique et Stephen Orr, vice président de Bombardier Maroc

Publiée par La Vie éco sur Lundi 6 mai 2019