Aéroports : Un bilan à la hauteur des ambitions… et des perspectives prometteuses

Le recadrage stratégique du plan d’investissement, la restauration de la confiance et la coopération internationale ont été les maîtres mots de la stratégie de l’ONDA ces trois dernières années.

L’ONDA a signé un bilan favorable de son activité durant les trois dernières années. D’ailleurs, depuis sa nomination à la tête de l’office le 13 janvier 2014 par Sa Majesté le Roi Mohamed VI, Zouhair Mohamed El AOufir, s’est attelé à accélérer l’achèvement de certains chantiers et en a lancé plusieurs autres. Ce qui permet actuellement à l’office de s’ériger en tant qu’établissement de référence et acteur incontournable dans le secteur des transports.  Un bilan jugé donc positif et à la hauteur de ses ambitions durant ces  trois dernières années. Il faut dire que bien des efforts ont été consentis pour l’amélioration des infrastructures ; le développement et le renforcement des aéroports et des structures de navigation aérienne étant les axes principaux qui rentrent dans le cadre du réajustement stratégique et des plans d’action. Ainsi, ce réajustement a porté sur 5 piliers relatifs à la restauration de la confiance avec les parties prenantes ; le recadrage stratégique du plan d’investissement ; le renforcement de la culture client ; la dynamisation du mode de la gouvernance et de l’organisation ; et la coopération internationale.

Ainsi, plusieurs réalisations sont louables au top management dont notamment, l’inauguration de l’aéroport international de Beni Mellal et du nouveau terminal de l’aéroport de Marrakech ; l’achèvement du nouveau terminal de l’aéroport de Fès ainsi que celui de Zagora et la reprise des travaux de chantier d’extension et du réaménagement du terminal 1 de l’aéroport Mohammed V de Casablanca. En plus de cela, nombre de programmes et projets structurants ont été réalisés à l’instar du développement et de la modernisation de l’offre commerciale, en incluant aussi le développement des prestations de services pour les passagers à haute contribution (concession du Handling de l’aviation d’affaires et de ses salons ainsi que les salons convives de marque à des sociétés de renommée internationale) ; de la réalisation d’un plan d’urgence de renforcement des mesures de sûreté et de sécurité au niveau des aéroports ; de la signature de l’accord global d’adhésion de l’ONDA à Eurocontrol ; de l’accréditation Carbone pour les aéroports de Casablanca et Marrakech ; de l’entame du processus de la certification OACI des aérodromes et de la mise en place du programme pour les autres aéroports

Parallèlement, l’ONDA s’est attelé à promouvoir une coopération sud-sud à travers l’échange d’expertise entre l’office et les pays du Sud. Cela a été matérialisé par la signature de protocoles d’accords globaux avec les aéroports du Sénégal, du Mali, du Togo, des Iles Comores, de Madagascar… En plus, le Directeur Général de l’ONDA a été élu vice-président du conseil d’administration du Conseil international des aéroports pour la région Afrique (ACI Afrique) et représente aussi l’Afrique au sein du conseil ACI monde.

Par ailleurs, l’amélioration de la gouvernance et la restauration de la confiance des parties prenantes a été l’un des chevaux de bataille de l’office. En effet, il a été procédé, entre autres, à la restructuration et au renforcement du rôle des organes de gouvernance ; à l’assainissement du passif de l’office en terme de dettes et de créances, à l’adoption d’un règlement des concessions avec une révision générale des concessions. Ajouter à cela la restructuration des fonctions « finance » et « achat » et l’établissement d’un code d’éthique et de bonne conduite ainsi que l’élaboration du 1er règlement intérieur conformément au code du travail.

Des objectifs ambitieux

Compte tenu des objectifs que s’était assignés l’office et qui ont été atteints, il n’a pas rechigné sur les moyens pour initier d’autres projets en cette année. Ainsi, 2017 sera l’année de l’achèvement de deux projets majeurs, à savoir l’extension et le réaménagement du terminal 1 de l’aéroport Mohammed V et l’achèvement des travaux de construction du 2e centre de contrôle aérien régional à Agadir, ce qui permettra l’accroissement de la capacité de gestion de l’espace aérien.

De plus, un nouveau projet sera entamé. Il s’agit du développement d’un terminal à l’aéroport Rabat-Salé. A côté, l’ONDA devra poursuivre la réalisation d’autres projets de développement des infrastructures tels que les terminaux des aéroports de Nador, Er-Rachidia et Guelmim. De plus, il devra continuer à développer et à généraliser le développement des recettes extra-aéronautiques sur les autres aéroports et ce, en adoptant les concepts les plus modernes à l’international. Il est à signaler à ce titre qu’un effort particulier serait déployé pour la valorisation du patrimoine aéroportuaire. Les actions de l’office concernant la valorisation de son capital humain sont également prévues dans le sens où il compte exécuter un plan de formation dans le but d’améliorer et de consolider les compétences du personnel.

Plusieurs accords de coopération ont été conclus depuis l’arrivée de Zouhair Mohamed El Aoufir, à la tête de la direction générale de l’ONDA que ce soit avec les pays africains, l’Europe ou encore les Etats Unis dont :

• Une convention relative à la coopération dans le Domaine de l’Aviation Civile avec la République de la Guinée Bissau. Une convention relative à la formation du personnel de la société des Aéroports de Mauritanie ;

• Un Protocole d’Accord dans le domaine de la gestion aéroportuaire avec le Sénégal, le Togo, les Iles Comores et le Mali ;

• Un accord de renouvellement de l’accueil du siège du Conseil International des Aéroports- Région Afrique, par l’ONDA (AIAC) ;

• Un accord de coopération dans le domaine Gestion aéroportuaire avec la France, en plus d’une convention de Jumelage entre l’aéroport Essaouira Mogador et l’aéroport la Rochelle-île De Re ;

• Un accord de coopération dans le domaine de la gestion aéroportuaire avec les Etats Unis.