Addoha construira 35 000 logements sociaux à  Casa et autant à  Marrakech en cinq ans

Le groupe compte construire 150 000 logements sociaux, soit 30 000 unités de plus qu’initialement annoncé.
Des logements sociaux pour la premières fois à  Oujda, Beni- Mellal, Safi et El Jadida.
Pour financer la construction, une augmentation de capital de 3 milliards de DH et un emprunt obligataire de 2 milliards.

Coup sur coup, le groupe Addoha vient de faire deux annonces importantes. Une augmentation de capital de 3 milliards de DH et un emprunt obligataire de 2 milliards de DH qui sera lancé au cours des jours à venir. Ce sont donc 5 milliards de DH d’argent frais qui viendront alimenter la trésorerie du promoteur immobilier.
Il faut dire que dans la foulée de l’adoption d’un nouveau plan incitatif pour la construction de logements sociaux, et au vu de la demande potentielle des dizaines de milliers de ménages qui se sont inscrits sur les listes ouvertes dans ses bureaux régionaux, Addoha a revu en cinq mois ses objectifs de construction à la hausse, d’où le besoin en ressources financières. De 120 000 logements projetés, il passe aujourd’hui à un objectif de 150 000, en cinq ans seulement, soit la moitié de ce que prévoit le ministère de l’habitat en dix ans.
Tout aussi importante est la quote-part réservée à la capitale économique. Addoha construira 35 000 logements sociaux à Casablanca, ville qui affiche un déficit cruel en la matière. Le groupe compte également accompagner l’essor démographique de la ville de Marrakech en y produisant autant qu’à Casablanca et table sur 24 000 unités à Tanger, tout aussi prometteuse en terme de demande.
Pour le reste, la nouvelle ville d’Aïn Aouda, qui sera construite par le groupe et la Compagnie générale immobilière (CGI), abritera 17 000 unités, la ville nouvelle de Tamesna 10 000 unités et Kénitra 6 000. Fès, Agadir et Meknès auront chacune 5 000 unités. Addoha compte également construire des logements sociaux pour la première fois dans 4 villes à savoir Oujda qui, à elle seule, disposera de 3 000 unités, tandis que 5 000 autres seront édifiés à Béni-Mellal, Safi et El Jadida. Pour ces quatre villes, le groupe annonce que le foncier est actuellement en cours d’acquisition. «Tout sera bouclé avant la fin de l’année en cours», indique-t-on auprès du groupe.

Une enveloppe de 1,7 milliard de DH sera affectée à Prestigia

A noter qu’aussi bien l’emprunt obligataire que l’augmentation de capital seront réalisés au cours de ce mois de juillet. Cette dernière sera réalisée à travers la Bourse de Casablanca. «Les détenteurs du titre Addoha auront bien évidemment un droit préférentiel de souscription lié au nombre des titres qu’ils possèdent», précise-t-on chez le groupe.
Cela dit, ce n’est pas l’enveloppe totale des 5 milliards de DH qui sera affectée au segment des logements sociaux. En effet «un tiers, soit près de 1,7 milliard de DH, ira à Prestigia, la marque de haut standing du groupe», explique le management d’Addoha. Sous cette marque, le groupe a déjà vendu 4 000 villas et appartements et est engagé sur 10 projets à travers le Royaume. Les fonds qui lui seront affectés permettront de multiplier par deux le nombre des entreprises de construction présentes sur ces 10 chantiers.
Rappelons que le plan de relance des logements sociaux (www.lavieeco.com) a été lancé début 2010 pour accroître le rythme de résorption du déficit en logements estimé à ce jour à un million d’unités, sans compter que la demande augmente à un rythme de 125 000 unités par année, dont 60% pour le logement social. Le ministère de l’habitat estime que le Maroc doit produire 131 000 logements par an, dont 70 000 pour les nouveaux ménages et 61 000 unités pour résorber le dixième du déficit déjà existant. D’après ses estimations, 63% de cette demande se concentre sur cinq régions, à savoir Casablanca, Rabat, l’Oriental, Souss-Massa-Draâ et Marrakech.