Accor mise 250 MDH pour transformer le Hilton de Rabat en Sofitel

760 MDH pour le rachat et 250 MDH pour les travaux de rénovation.
L’opération est financée à  100% par un crédit
bancaire sur 17 ans à  un taux de 5%

Le groupe a mis en place une stratégie
visant le repositionnement de son enseigne Sofitel.

«C’est le succès des hôtels Sofitel au Maroc qui justifie l’engagement de Risma sur le Hilton de Rabat», s’enthousiaste Marc Thépot, directeur général d’Accor Maroc, en commentant la récente acquisition du groupe. Et l’engagement est important puisque la filiale du groupe français a déboursé pas moins de 760 MDH pour le rachat de la société Emirotel, propriétaire de l’hôtel Hilton de Rabat. A cela il faudra rajouter un investissement d’environ 250 MDH qui sera injecté dans l’établissement dès sa reprise par Risma – filiale d’Accor, propriétaire des murs de tous les hôtels sous enseigne du groupe – pour le mettre aux normes Sofitel, soit près d’un million de dirhams d’investissement par chambre pour cet hôtel 5 étoiles qui en compte 269. «L’intérêt pour Risma est que ce rachat va permettre une mise en Å“uvre rapide de la stratégie visant à  se positionner sur le segment «luxe» jugé à  très fort potentiel et conforme aux nouvelles directives de la marque Sofitel», souligne M. Thépot.
Finalement, ce sont plus d’un milliard de dirhams qui vont être investis dans cet établissement. Jamais une somme pareille n’a été déboursée au Maroc pour un établissement hôtelier. C’est dire l’importance que revêt ce fleuron de l’hôtellerie pour le groupe français et l’engagement que ses responsables prennent vis-à -vis du Maroc.

Un prix par nuitée supérieur à  1 500 DH
Il faut dire aussi que les résultats financiers de l’hôtel sont exemplaires. Le chiffre d’affaires actuel est d’environ 150 millions de dirhams par an avec un taux d’occupation d’environ 60% et un prix moyen par nuitée supérieur à  1 500 dirhams. Ce qui signifie que le chiffre d’affaires d’Accor Maroc, actuellement de 900 MDH, va dépasser le milliard à  fin 2007.
La transaction a évidemment aiguisé l’appétit des banques qui se sont bousculées pour le financement de l’opération, poussant le groupe Risma à  opter pour un consortium formé de BMCE Bank, SGMB, Attijariwafa Bank et la Banque Populaire, qui ont financé 100% de la transaction moyennant un prêt sur une durée de 17 ans à  un taux très intéressant dépassant de peu les 5%. «Il est vrai que les banques se sont battues pour financer ce rachat. Il faut dire que la signature de Risma est plus que solvable», confie un banquier de la place.

A signaler cependant qu’Emirotel est en contrat de management avec Hilton jusqu’à  fin 2008. Accor n’a donc, jusqu’à  cette échéance, que les droits et les obligations du propriétaire. «Dès 2009, date à  laquelle l’enseigne Sofitel pourra être installée, nous voulons faire de cet hôtel un porte drapeau de la marque dans la capitale», annonce M. Thépot.
A signaler que les autres établissements de la chaà®ne connaà®tront également des programmes de rénovation importants. Pour le Sofitel Marrakech, des travaux sont en cours depuis plusieurs mois. A Fès, un programme de rénovation d’environ 100 MDH est en préparation et un nouveau directeur fraà®chement nommé. A côté de cela, plusieurs autres Sofitel ouvriront leurs portes prochainement, dont celui d’Agadir actuellement en construction et dont l’inauguration est prévue pour août 2008. L’investissement s’élève à  340 MDH pour un programme de 124 chambres dont 96 suites avec un centre de thalassothérapie pour 150 curistes. Au Casa City Center, les travaux de construction du Sofitel démarreront en janvier prochain (voir p. 6). Enfin, dans la nouvelle station balnéaire d’Essaouira Mogador, un autre Sofitel Resort est prévu pour 2009.

«L’objectif pour la marque Sofitel au Maroc est d’améliorer le savoir-faire et les niveaux de performances opérationnelles. L’intérêt est que les sept Sofitel actuels et les prochains qui rejoindront le groupe puissent bénéficier de l’effet de synergie qui permettra une meilleure efficacité et une optimisation des coûts», explique M. Thépot.
Et afin que l’organisation soit complète, un directeur général des opérations Sofitel Maroc vient d’ailleurs d’être nommé. Il s’agit de Jacques Lecouls, qui occupait auparavant la même fonction au Portugal et qui capitalise plus de 30 ans d’expérience dans l’hôtellerie.

Enfin, il fait savoir que si Accor s’investit autant dans ses hôtels 5 étoiles, ce n’est pas un hasard. Les sept hôtels de cette catégorie bénéficient d’un engouement particulier au Maroc et réalisent, à  eux seuls, 60% du chiffre d’affaires global du groupe.