9.35 millions de touristes reçus en 2011, 1% de plus qu’en 2010, mais les nuitées sont en baisse

Quasi-stagnation due au recul des marchés français, espagnol et italien. Dans les hôtels classés, les nuitées ont baissé de 6% et le taux d’occupation de 3 points, à  40%. Les recettes ont augmenté de 4%, à  59 milliards de DH.

L es statistiques officielles du tourisme pour l’année 2011 ont enfin été rendues publiques. Lors d’une conférence de presse tenue mardi 21 février, le ministre du tourisme, Lahcen Haddad, a annoncé que le pays a reçu 9,35 millions de touristes, soit 1% de plus qu’en 2010. Cette quasi-stagnation des arrivées est due essentiellement aux marchés français, espagnol et italien qui totalisent à eux trois 64% des arrivées perdues. En revanche, les nuitées ont accusé une baisse de 6%, totalisant 16,9 millions. L’Observatoire du tourisme relève que 51% des nuitées perdues sont dues au marché français, 14 % au marché espagnol, 11% aux marchés allemand et scandinave. Les recettes touristiques ont malgré tout progressé de 4%, s’établissant à 59 milliards DH.
Dans ce contexte difficile, les capacités d’hébergement ont pourtant augmenté de 12 500 lits (+7%), dont 31% à Marrakech et 30% répartis entre Agadir, Fès  et Saïdia. Les arrivées ayant peu augmenté, le taux d’occupation dans l’hôtellerie classée s’est ainsi établi à 40%, perdant 3 points par rapport à 2010. Les prix moyens ont baissé globalement de 12%, et le chiffre d’affaires moyen de 20%.
Autant que le ministre du tourisme, le DG de l’Office national marocain du tourisme (ONMT), Hamid Addou, le président de l’Observatoire du tourisme, Kamal Bensouda, et le président de la Fédération nationale du tourisme, Ali Ghannam, affichent pourtant da la satisfaction ou un certain soulagement. De leurs interventions, il se dégage que le Maroc a montré une grande capacité de résistance.

Incertitudes pour 2012

Mais, dans cette conjoncture économique et politique, les perspectives pour l’année 2012 restent incertaines en raison notamment de la crise que connaît le système de distribution dans les pays émetteurs. Les grands tour-opérateurs européens ont connu une saison d’hiver 2010/2011 dramatique, signale l’observatoire, avec un recul du chiffre d’affaires sur le Maroc de 28% (-40% sur la Tunisie et -42% sur l’Egypte).
Le transport aérien a aussi sa part de responsabilité dans cette crise durant cette saison : suspension de plusieurs vols notamment avec l’Europe de la part de compagnies aériennes régulières et low-cost en raison de la récession. Pour l’année en cours,  les vols à partir du Vieux continent seront réduits respectivement de 16% et 18%. D’où la décision de l’ONMT d’annoncer dans son plan d’action, entre autres,  un programme de coopération avec les compagnies aériennes pour augmenter les liaisons avec le Maroc.