7,5 milliards de minutes de communication consommées en 2005

En moyenne 100 millions de SMS sont échangés chaque mois

2 personnes sur 5 ont un mobile.

7,5 milliards de minutes de communications téléphoniques ! C’est le temps consommé par les Marocains en appels vocaux, fax, et SMS en 2005. Si ces communications était le fait d’une seule personne, cela voudrait dire que ladite personne a passé plus de 14 ans accrochée à son combiné ! Autre chiffre intéressant, 100 millions de SMS sont échangés en moyenne par mois. Pourtant, si les Marocains consomment de plus en plus, ils sont loin des chiffres européens. Mais l’évolution est palpable puisque nous étions à 7 milliards en 2004 et 6,8 milliards en 2003. Pour 2006, l’ANRT (Agence nationale de réglementation des télécommunications) prévoit une progression de 4 %, à 7,8 milliards de minutes.

Depuis 1998, le secteur a connu une véritable explosion. On comptait alors 1,5 million de clients pour le fixe et seulement 150 000 à 160 000 pour le mobile. La durée des communications atteignait à peine 4,8 milliards de minutes. Les choses sont allées très vite à partir de 1999, suite à l’ouverture à la concurrence du mobile. Il est important de noter que la forte croissance du marché s’est accompagnée d’une redistribution des cartes entre les deux modes de communication.

5 millions de clients attendus sur le fixe
A fin octobre 2005, le nombre de clients du mobile était de 12,2 millions, dont 8,2 millions pour Maroc Telecom et 4 millions pour Medi Telecom. Le post-payé (abonnés) n’intéressait qu’un demi-million de clients (322 000 pour IAM et 255 000 pour Méditel), soit 4,7 % du total. Par ailleurs, même si le taux de pénétration du mobile est de 40%, la courbe ascendante de la téléphonie mobile ne s’est pas encore essoufflée. Un coup d’œil aux chiffres de septembre et octobre 2005 montre que la croissance de la clientèle est en progression de 2,38 % entre les deux mois. Mais la hausse s’est totalement faite sur le prépayé.

Quant au fixe, qui a perdu du terrain par rapport à 1998 en faveur du mobile, il affichait 1,35 million d’abonnés et un taux de pénétration de 4,51 % à fin octobre 2005. Les abonnés résidentiels représentaient 65,99 % du total, les professionnels 21,76% et les publiphones 12,25 %. Avec la libéralisation, les spécialistes estiment que d’ici à quelques années, le nombre d’abonnés pourrait frôler les 5 millions, entre l’opérateur historique, Méditel et Maroc Connect, qui entreront en lice dans quelques mois.