7 hôtels, village de surf, village de vacances, golf…, ce que sera enfin la station Taghazout

La convention pour l’aménagement et la construction de la station sera signée dans les prochains jours. Les travaux d’aménagement ont été confiés à  la société SW TRAP.

Trois ans après avoir résilié la convention d’investissement avec l’américain Colony Capital, pour engagements non tenus et près de deux ans après avoir signé un protocole d’accord avec un groupement d’investisseurs locaux, l’Etat s’apprête à signer la convention pour l’aménagement et la construction de la station Taghazout, soit un an, presque jour pour jour, après la constitution de la Société d’aménagement et de promotion de la station Taghazout (SAPST). Il fallait attendre la création juridique effective de la société, laquelle a été finalisée au début de l’année en cours.

Cette société a donc lancé l’appel d’offres pour l’aménagement de la station dont le marché a été remporté par SW TRAP, une société de travaux publics dont le siège social est à Marrakech et qui a déjà réalisé des travaux pour le compte de l’Etat, notamment au niveau du programme autoroutier. Les travaux d’aménagement devraient donc commencer, comme prévu, d’ici la fin du mois en cours. La partie hôtelière devrait être achevée en août 2013.

La convention vient confirmer les programmes, les délais de réalisation ainsi que les avantages accordés par l’Etat à la société dont une exonération de la TVA durant trois ans, soit un an de plus que pour les conventions précédentes. La construction de la station devra s’étaler sur dix ans, mais, précise Ahmed Oulahna, directeur général de SAPST, toute la partie touristique qui représente 75% du projet sera achevée dans un délai de cinq ans. Le reste au volet résidentiel.

615 h dont seulement 59 h construits

A l’heure actuelle, les études de positionnement de la station, les études urbanistiques et d’impact sur l’environnement sont achevées. Les études relatives au développement durable sont réalisées à 80% et celles relatives au paysage le sont à 70%. Enfin, les études architecturales et techniques pour l’hôtel du Golf, la Médina et le village de surf sont à 50%. La construction de ces lieux de vie devrait démarrer en octobre 2012, et le golf, en cours d’aménagement, sera livré en août 2013.
Le projet de la station Taghazout tel que revu et corrigé par la SAPTS va s’étaler sur 615 ha dont seulement 59  construits au sol, soit un coefficient d’occupation de 9,6%.

Cette station offrira 12 316 lits dont 7 446 lits hôteliers répartis entre l’hôtel du Golf et 6 autres hôtels en front de mer, en plus du village de surf sous forme de résidence hôtelière et un village de vacances. Les 4 870 lits restants seront des lits résidentiels. Il est prévu aussi une académie de sport (golf, surf, tennis, football) et une réserve d’arganiers de 80 hectares ainsi qu’une coopérative d’arganier. Ce qui témoigne d’un réel souci pour la protection de l’environnement ainsi que pour le tourisme durable qui forment l’un des piliers de la mise en œuvre de la Vision 2020. «Le développement durable n’est plus un luxe, c’est un levier stratégique pour la réussite de projets touristiques de cette envergure», explique M. Oulahna.

Parmi les neuf engagements en faveur du tourisme durable pris par les concepteurs du projet, on peut citer, entre autres, la préservation de l’écosystème à travers la minimisation des superficies défrichées et la mise en place de mesures de compensation permettant de doubler l’espace végétal actuel ; la réutilisation des eaux usées épurées de la future station d’épuration pour l’arrosage des espaces verts et des golfs ; la préservation d’une réserve d’arganiers de 80 hectares et la mise en place d’une coopérative permettant aux femmes des communes avoisinantes de créer de la richesse localement ; la plantation de 30 000 arbres et l’intégration de la notion de performance énergétique dans la conception et la gestion de la station.

L’investissement est de l’ordre de 11 milliards de  DH dont 5,7 milliards apportés en fonds propres par la SAPST. Cette dernière est une société au capital de 100 millions de dirhams réparti entre la Caisse de dépôt et de gestion (35%), le Fonds marocain de développement touristique (30%), Alliances Développement immobilier (20%) et SUD partners (15%). Une reprise en main qui vient clore la série des déboires qu’a connus cette station concédée au groupe Dallah Al Baraka, en 2000, puis à Colony capital, six ans plus tard.